Essence : les prix ne vont pas baisser cet été

Si vous avez décidé de partir en vacances cet été en voiture, il faudra prendre en compte dans votre budget celui de l’essence.

Le prix de l’essence est en constante hausse et ne faiblira pas d’ici cet été. C’est que nous rapporte Le Figaro alors que se profile l’été où les Français devraient majoritairement partir en France. Reste à savoir s’ils utiliseront la voiture ou le train (la SNCF ayant lancé une campagne promotionnelle après une année délicate) car après la chute du prix du baril au printemps dernier au moment du premier confinement, le prix de l’essence et le gazole augmente substantiellement depuis le début de l’année.

Dans les faits, la hausse se fait sentir depuis l’automne dernier, mais elle avait été tempérée. Avec un pic en mars et avril, elle s’est stabilisée mais augmente toujours. Ainsi, selon nos confrères qui s’appuient sur les données du ministère de la Transition écologique, le litre du gazole se monnayait à 1,40 euros le 4 juin, tandis que l’essence tournait autour des 1,50 euros. Une hausse de 20 centimes d’euros si l’on compare ces chiffres à l’été dernier. Les niveaux remontent donc quasiment à ceux de 2019.

>> A lire aussi – Grand Paris : les autos aux plus vieux moteurs diesel et essence interdits de circulation

Vers une baisse en 2022 ?

Selon les spécialistes, ces hausses devraient se poursuivre au moins pour les deux à trois mois à venir. La baisse pourrait être effective à l’automne prochain lorsque le dollar baissera, met-on en avant. Les pays membres de l’OPEP avaient également baissé leur offre afin de soutenir les cours pendant la crise, mais « les robinets rouvrent » afin de soutenir la demande.

Va-t-on cependant assister à une baisse plus générale ? La question est en suspend, note Le Figaro, les occidentaux étant soustraits aux sanctions infligées par les États-Unis à l’Iran. Depuis 2018 en effet, un embargo est en cours sur le pétrole iranien qui met de fait le marché sous pression. Même si certains pays peuvent continuer à acheter du pétrole iranien, dont la Corée du Sud, le Japon, la Chine ou l’Inde. Si les sanctions étaient levées par l’administration Biden, du pétrole reviendrait sur le marché, et les prix baisseraient nécessairement. Attention, une telle possibilité n’aurait pas d’effets au moins avant 2022.En savoir plus :

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :