Perturbateurs endocriniens : les industriels devront publier la liste des substances utilisées

Bonne nouvelle pour les consommateurs qu se soucient de leur santé, et tout particulièrement de la présence de perturbateurs endocriniens dans leurs produits de consommation courante, du maquillage aux jouets en passant par l’alimentation : les industriels devront établir et publier une liste précise de ceux qu’ils utilisent dans leurs produits.Les perturbateurs endocriniens sont potentiellement dangereux pour la santé.

Perturbateurs endocriniens : une liste publique sur Internet

La publication, mercredi 25 août 2021 au Journal officiel, du décret d’application, va obliger les industriels à établir, et surtout publier, la liste des perturbateurs endocriniens présents dans leurs produits. Toutes les substances que l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) estime, présume ou soupçonne être des perturbateurs endocriniens, sont concernées par ce décret.

Pour rappel, les perturbantes endocriniens peuvent se trouver partout, que ce soit dans la nourriture ou dans des objets. Leurs effets sur la santé sont encore mal connus, mais on sait qu’ils ont la capacité de perturber la production des hormones humaines et sont donc jugés néfastes. Le consommateur aura donc la possibilité de voir s’il y en a, et lesquels, mais uniquement sur Internet… car la loi ne prévoit pas d’obliger les industriels à publier la liste sur les produits.

Des applications et des sites pour connaître les perturbateurs endocriniens ?

Mais le gouvernement compte sur la société civile pour palier au problème : la liste devra être publiée en Open Data et conçue pour s’adapter facilement avec les applications et sites Internet. Le texte précise en effet que ce format, standardisé, permettra « à des plates-formes collaboratives d’exploiter ces informations et ainsi de mieux informer le consommateur ».

Il y a donc de fortes chances que des applications verront le jour dans les mois suivant la publication des listes, prévue pour 2022. Les consommateurs prendront donc l’habitude de vérifier sur leur smartphone, au moment de l’achat, si le produit acheté présente un risque pour leur santé, ce qui, à terme, pourra conduire à un changement dans la formule à l’instar de ce qu’on a vu depuis quelques années pour l’alimentation, avec les applications permettant de vérifier les qualités nutritives des produits industriels. 

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :