Alzheimer : 10 facteurs qui augmentent les risques

Même s’il n’y a pas encore de médicaments et de traitements pour empêcher la maladie d’Alzheimer, les scientifiques en apprennent de plus en plus et se concentrent aussi sur les moyens d’endiguer son apparition. Voici 10 facteurs importants qui peuvent augmenter les risques de développer la maladie d’Alzheimer.Sommaire du guide

1 – Un bon niveau d’éducation

La maladie d’Alzheimer étant liée au développement du cerveau, les chercheurs ont remarqué que les personnes qui avaient eu un bon niveau d’éducation avec une instruction solide y sont moins sujettes. En fait, plus le cerveau est lourd et moins celui-ci est enclin à la perte de sa masse et donc à la démence.

2 – Des activités cognitives qui stimulent

Dans cette même lignée, il est donc conseillé de garder son cerveau le plus possible en éveil. Les activités cognitives qui stimulent la logique, la déduction, le calcul ou encore l’observation sont particulièrement recommandées pour encourager le cerveau à travailler et à renforcer la connectivité entre les cellules cérébrales.

3 – Une hypertension maîtrisée

Pour que le cerveau se maintienne dans un bon état de santé, il ne suffit pas de se concentrer uniquement sur lui. Il faut également que le cœur de la personne soit dans un bon état pour ne pas être sujet à l’hypertension. Avec l’hypertension, l’apport sanguin est trop important dans les vaisseaux sanguins et la pression artérielle augmente. Dans ce cas, le cerveau n’est pas en pleine possession de ses moyens pour continuer à « faire son travail » comme nécessaire.

Bon à savoir : l’hypertension touche plus de 15 millions de Français et peut être à l’origine d’accidents vasculaires cérébraux. C’est une étude britannique du Lancet Neurology qui alerte sur le fait qu’une tension élevée dès la trentaine pourrait augmenter le risque d’Alzheimer.

4 – Une hypotension orthostatique

A contrario, l’hypotension n’est pas meilleure et s’avère être également un facteur aggravant. Le cœur et le cerveau travaillant de concert, il est normal que quand l’un n’est pas à son maximum, l’autre en pâtisse. C’est exactement le cas quand le corps ne peut pas maintenir l’apport de sang nécessaire et par conséquent des manques d’oxygène réguliers.

5 – Un diabète inexistant

Le diabète étant influencé par l’insuline, celle-ci joue aussi un rôle majeur pour Alzheimer. Avec ce dérèglement, les cellules cérébrales ne communiquent pas correctement et c’est la mémoire, la première, qui est directement touchée par ce manque. Pour des sujets Alzheimer, ils sont encore moins capables de gérer l’hormone d’insuline. 

6 – Un poids équilibré

Comme pour tout, il ne faut être ni trop maigre ni trop gros. L’IMC (indice de masse corporelle) est un indice qui permet de savoir où l’on se situe en fonction de sa taille et de son âge. Pour tous ceux qui ont moins de 65 ans, cela ne doit pas dépasser les 24,9. Même chose en ce qui concerne la maigreur, un corps en parfaite santé ne doit pas avoir une IMC inférieure à 18,5. Il faut donc être ni trop haut, ni trop bas en mangeant équilibré.

7 – L’hyperhomocystéinémie

C’est en 1998 que les chercheurs se sont concentrés sur cet acide aminé qu’ils ont régulièrement retrouvé en nombre chez les personnes atteintes de démence. En nombre élevé, cet acide endommage les cellules du cerveau et l’empêchent de « travailler » comme il le doit. La réduction de ce taux aide à se protéger contre toute sorte de démence.

8 – Le stress

C’est sans étonnement que les recherches scientifiques ont aussi pointé du doigt le stress comme facteur aggravant. Cela fait augmenter l’hormone cortisol qui pompe l’énergie et a un réel impact sur la mémoire. De plus, le stress a une action négative sur les cellules immunitaires.

9 – La dépression

Sans surprise, un des grands maux de notre société est aussi un facteur à ne pas négliger dans la lutte contre Alzheimer. La dépression touche des millions de personnes chaque année et est souvent corrélée avec la maladie d’Alzheimer. Pour autant, les chercheurs n’ont pas encore déterminé s’il s’agissait d’une conséquence ou bien si elle est à l’origine.

10 – Les traumatismes crâniens

Une des dernières raisons qui peut provoquer la démence n’est pas un effet interne mais plutôt externe puisqu’il s’agit de chocs et de traumatismes crâniens. Les dommages cérébraux causés ne seraient pas anodins pour le cerveau et laisseraient de réelles traces parfois irréversibles.

Voici donc les 10 facteurs à surveiller de près pour prévenir la maladie d’Alzheimer. Il en ressort que stimuler son cerveau et avoir une bonne hygiène de vie sont des « remparts » nécessaires pour éloigner la maladie.

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :