Est-il possible d’obtenir un crédit avec des problèmes de santé ?

Les banques ont besoin de sécurité avant de prêter de l’argent. Aussi, si vous rencontrez des problèmes de santé, l’accès au crédit peut être compromis. C’est d’autant plus le cas lorsqu’il s’agit d’un crédit immobilier souscrit sur une longue durée pour une somme conséquente. Il est parfois difficile de trouver une assurance de prêt pour couvrir votre crédit immobilier et prendre en charge vos mensualités en cas d’accident la vie. C’est pourquoi la convention AERAS vient au secours des personnes malades.Sommaire du guid

Assurance emprunteur : est-ce obligatoire ?

Commençons par cette assurance qui est à la base du problème lorsqu’une personne malade souhaite emprunter. L’assurance emprunteur n’est pas légalement obligatoire. Toutefois, aucun établissement de crédit n’acceptera de vous prêter une somme importante durant 10, 15, 20 voire 25 ans sans garanties. Aussi, implicitement, l’assurance de prêt est bel et bien obligatoire.

Or, le montant de celle-ci est consécutif à votre âge, au montant du crédit et à votre état de santé. Si vous êtes malade, une surprime est appliquée, augmentant de manière considérable le coût total de votre crédit immobilier.

Parfois, les banques n’appliquent pas de surprime, mais des exclusions.

Assurance prêt immobilier : que sont les exclusions ?

Lorsque votre contrat présente des exclusions, cela signifie que vous n’êtes pas assuré pour certains risques. Prenons un exemple simple : vous avez été opéré d’un cancer du côlon. Votre assurance de prêt peut inscrire au contrat que si vous décédez d’un problème de santé lié au côlon, vos garanties ne s’appliquent pas.

Que faire en cas refus de prêt immobilier ?

Certaines banques peuvent tout simplement refuser d’assurer un client, auquel cas il ne pourra accéder au prêt bancaire.

Si vous êtes dans cette situation, sachez que la convention s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé (AERAS) permet de trouver une assurance emprunteur.

Si vous essuyez des refus, votre dossier médical peut être transmis à des experts médicaux, assureurs ou réassureurs qui vont l’étudier. Ils peuvent alors proposer une garantie. Toutefois, ne soyez pas surpris, vous ferez certainement l’objet d’une surprime ou d’exclusions. En revanche, vous pourrez enfin donner vie à votre projet immobilier.

Si vous rencontrez des difficultés à faire appliquer le dispositif AERAS, contactez la Commission de médiation de la convention AERAS par courrier : 4, place de Budapest – CS 92459 – 75436 Paris Cedex 09.

Crédit avec des problèmes de santé : le droit à l’oubli peut-il vous aider ?

Parce qu’obtenir un crédit avec des problèmes de santé n’est pas toujours chose aisée, le droit à l’oubli a été créé en 2017. Il permet de ne plus déclarer un cancer à partir d’un certain délai à compter de la fin du protocole thérapeutique et sans rechute. Voici quelques délais selon la maladie :

  • cancer du sein : 1 an ;
  • cancer du col de l’utérus : 1 an ;
  • cancer du rein : entre 5 et 8 ans selon la nature du carcinome ;
  • cancer des testicules : entre 3 à 6 ans.

Bon à savoir : si vous bénéficiez du droit à l’oubli, la part du crédit immobilier assuré au nom de la personne malade ne peut excéder 320 000 €. De plus, la dernière échéance ne doit pas intervenir après le 71e anniversaire de l’assuré.

Les solutions pour ne pas payer trop cher votre assurance de prêt ?

Avec des problèmes de santé lourds (maladie chronique telle que le diabète, cancer, etc.), vous devrez nécessairement payer une surprime ou faire l’objet d’exclusions. Pour limiter le poids de l’assurance emprunteur sur votre crédit à cause des surprimes, voici quelques conseils.

Jouer avec les quotités

Lorsque vous assurez un prêt immobilier, si vous êtes seul, vous devez l’assurer à 100 %. Si vous êtes deux, vous pouvez assurer votre prêt entre 100 % et 200 %. Si vous êtes en couple et que vous avez des problèmes de santé, ajustez vos quotités pour payer moins cher. Par exemple, au lieu d’assurer chaque tête à 100 % ou à 50 % (pour atteindre le minimum de 100 %), vous pouvez choisir de vous assurer à 20 % et votre co-emprunteur à 80 %.

Plus la quotité est élevée, plus le prix de l’assurance emprunteur augmente. Avec une quotité faible, l‘impact de votre assurance de prêt est moindre, même avec des surprimes.

Toutefois, cette solution doit être étudiée et s’adapter à votre situation financière. Car la quotité impacte la prise en charge en cas d’invalidité ou de décès. Si vous êtes assuré à 20 % et que vous décédez, votre co-emprunteur devra prendre en charge 80 % du crédit immobilier. Vous devez donc être certain que, financièrement, il sera à même d’assumer des mensualités importantes.

Si la situation le permet, vous pouvez aussi choisir de n’assurer qu’une tête à 100 %. À voir avec l’établissement chez qui vous signez votre assurance emprunteur s’il accepte cette solution, ce qui n’est pas toujours le cas.

Comparer les offres des établissements de crédit

Aujourd’hui, les comparateurs ont le vent en poupe. Si les taux sont extrêmement bas, permettant d’obtenir des conditions de crédit favorables, faire un comparatif permet de réduire le coût total du crédit. Et ce qui est important, c’est que vous pouvez aussi comparer les assurances de prêt. De cette manière, vous avez une vue d’ensemble de ce qui est proposé par les assureurs et pouvez espérer des tarifs plus abordables malgré une surprime.

Pour mémoire, depuis la loi Lagarde de 2010, vous bénéficiez de la délégation d’assurance. Cela signifie que vous n’êtes pas contraint de souscrire le contrat groupe de votre banque. Celui-ci est bien plus cher que les contrats individuels, pensez-y ! De plus, vous pouvez à présent, grâce à l’amendement Bourquin de la loi Sapin II, résilier chaque année votre contrat à la date anniversaire. Cela peut être l’occasion de bénéficier d’un prix plus attractif, et ce d’autant plus si vous pouvez enfin bénéficier du droit à l’oubli.

Crédit à la consommation et problèmes de santé

Pour le crédit à la consommation, selon le montant et la durée, la situation peut être différente. Accéder au crédit avec des problèmes de santé est ici moins difficile. Pourquoi ? Simplement parce que pour certains crédits, vous n’êtes pas contraint de souscrire une assurance. Par exemple, si vous souscrivez un crédit à la consommation de 4 000 € pour faire un voyage, la banque peut accepter de vous prêter sans vous assurer. Et sinon, pour des montants supérieurs, si vous êtes en couple, optez une fois de plus, si cela est raisonnable, pour une assurance sur une seule tête afin de réduire le coût de votre crédit et d’accéder plus facilement au prêt.

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :