3E DOSE. Dans son allocution télévisée ce mardi 9 novembre, Emmanuel Macron a dévoilé une nouveauté pour inciter les plus de 65 ans à recevoir une 3e dose de vaccin contre le Covid-19. Le pass sanitaire sera relié à cette 3e dose dès décembre. Les plus de 50 ans pourront aussi la recevoir prochainement. On fait le point.SOMMAIRE

[Mis à jour le 9 novembre 2021 à 21h52] Emmanuel Macron a bien tranché ce mardi soir lors de sa première allocution télévisée depuis le 12 juillet dernier. Dans ce nouveau discours d’Emmanuel Macron, le président de la République a fortement incité les personnes éligibles à recevoir une troisième dose de vaccin contre le Covid-19, une dose nommée « de rappel » dont les administrations peinent à décoller ces dernières semaines alors que les chiffres épidémiques ont amorcé une forte reprise.

Pour accélérer cette campagne, Emmanuel Macron a choisi de relier la 3e dose à la validité du pass sanitaire, toujours obligatoire pour accéder à de nombreux lieux publics mais aussi aux gares et aéroports. « Les plus de 65 ans et les plus fragiles », soit les publics aujourd’hui éligibles à recevoir une 3e dose de vaccin, sont concernés mais pas seulement. Voici en résumé les deux annonces fortes du soir :

  • « Les plus de 65 ans et les plus fragiles » vaccinés depuis plus de 6 mois devront ainsi « justifier d’un rappel » dès le 15 décembre prochain, sans quoi le pass sanitaire ne sera plus valide. Le président de la République a évoqué cette justification « pour prolonger la validité » du pass sanitaire.
  • Les Français de 50 à 64 ans seront ainsi prochainement concernés par cette 3e dose. Une campagne de rappel qui leur sera destinée sera lancée « le mois prochain ».

La rumeur avait déjà enflé au point que le site Doctolib, permettant de réserver un créneau de vaccination, avait de nouveau été assailli lundi 8 novembre, enregistrant un pic de fréquentation. Emmanuel Macron a fortement encouragé les personnes éligibles à prendre rendez-vous sur les sites dédiés ou auprès de leur médecin pour recevoir cette 3e dose de vaccin contre le Covid-19.

3ème dose de vaccin et pass sanitaire

Jusque-là, le pass sanitaire n’était pas – encore – conditionné à la dose de rappel pour les plus de 65 ans et le public éligible. L’allocution d’Emmanuel Macron ce mardi 9 novembre change la donne. Le président de la République a annoncé qu’une troisième dose serait prochainement nécessaire pour maintenir la validité du pass sanitaire chez les plus de 65 ans mais aussi les personnes souffrant de comorbidités, ceux qu’Emmanuel Macron a désigné sous le nom de « personnes les plus fragiles ». La date limite a été fixée au 15 décembre 2021 pour ceux ayant reçu leurs premières doses depuis plus de six mois.

En prévision d’une potentielle obligation de la 3ème dose, des nombreux Français avaient pris rendez-vous pour se faire injecter un rappel vaccinal dans les jours précédant l’annonce présidentielle. Ainsi, Doctolib notait lundi 8 novembre une « nouvelle journée record avec 98 000 Français ayant pris leur rendez-vous de rappel de vaccination » et « six jours d’attente en moyenne pour avoir sa dose de rappel » désormais.

La généralisation de la 3e dose est-elle recommandée par les experts ?

Les experts et les membres du gouvernement semblaient également aller dans ce sens. Ce mardi 9 novembre, l’infectiologue et cheffe de service des maladies infectieuses de l’Hôpital Saint-Antoine (AP-HP, Paris) Karine Lacombe, invitée de la matinale de France Inter, affirmait : « Il faut généraliser la troisième dose de vaccin à tout le monde ». Pour elle, dans l’allocution présidentielle de ce soir, « ce qui serait important, ce serait d’avoir un geste important en faveur de la troisième dose ».  L’infectiologue a donc été entendue, elle qui poussait en ce sens au vu de l' »augmentation sur tout le territoire français, mais vraiment avec une importance beaucoup moins grande que le nombre de contaminations [qui] est un effet positif de la vaccination, mais qui commence à s’essouffler » : « Il faut la généraliser à tout le monde, dans toutes les catégories de population, six mois après la deuxième dose ». Pour Karine Lacombe, les soignants et experts réclament la généralisation de la dose de rappel du vaccin anti-Covid. Par ailleurs, il y a quelques jours, c’était le masque obligatoire qui faisait son retour dans les écoles de 40 départements. L’Organisation mondiale de la Santé annonçait également jeudi 4 novembre dernier qu’elle craignait désormais une nouvelle vague de décès, d’au moins « un demi-million d’ici février » 2022. Pour rappel : sur environ 7,7 millions de Français éligibles, seuls 3,4 se sont fait vacciner pour la troisième fois.https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1457966824809811975&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.linternaute.com%2Factualite%2Fguide-vie-quotidienne%2F2565092-3e-dose-de-vaccin-covid-une-condition-pour-conserver-son-pass-sanitaire%2F&sessionId=18270c19095de75ab3556dd9a5a7c22c347c2683&siteScreenName=LInternauteInfo&theme=light&widgetsVersion=f001879%3A1634581029404&width=550px

3ème dose de vaccin : non obligatoire, mais des recommandations

Sur son site, le ministère de la santé et des solidarités détaille ses recommandations concernant la dose de rappel contre le Covid-19.  Les personnes ayant reçu le vaccin Janssen devront recevoir la dose de rappel 4 semaines après la dernière injection du schéma initial. Devront recevoir la dose de rappel, six mois après la dernière injection du schéma initial :

  • Les résidents des EHPAD, des USLD et des résidences autonomie ;
  • Les personnes de plus de 65 ans vivant à domicile ;
  • Les personnes à très haut risque de forme grave ;
  • Les personnes atteintes de comorbidité(s) ;
  • Les personnes sévèrement immunodéprimées. À noter que pour cette catégorie, l’administration de la dose de rappel peut être réalisée dans un délai inférieur à 6 mois (mais d’au moins 3 mois), dès lors qu’il est jugé par l’équipe médicale qu’elle permettrait d’améliorer la réponse immunitaire.
  • Les professionnels de santé ;
  • L’ensemble des salariés du secteur de la santé et du secteur médico-social ;
  • Les aides à domicile intervenant auprès de personnes vulnérables ;
  • Les professionnels du transport sanitaire, ainsi que les pompiers ;
  • Les personnes de l’entourage des immunodéprimés, uniquement chez les adultes âgés de plus de 18 ans.

En ce qui concerne les lieux où les doses de rappel sont injectées, le ministère de la santé et des solidarités distingue deux catégories. Les résidents et résidentes en établissement pour personnes âgées peuvent se faire inoculer leur dose de rappel à domicile, chez leur médecin traitant (généraliste ou spécialiste), au sein des services où vous êtes suivi, en pharmacie, en cabinet infirmier ou de sage-femme, chez leur chirurgien-dentiste ou en laboratoire de biologie médicale. Le reste du public éligible à la dose de rappel, s’il ne réside pas en établissement pour personnes âgées, peut se faire vacciner en centre de vaccination, chez son médecin traitant (généraliste ou spécialiste), chez son médecin du travail, en pharmacie, en cabinet infirmier ou de sage-femme, au sein des services hospitaliers où il est suivi, chez son chirurgien-dentiste ou en laboratoire de biologie médicale. Dans le second cas, certains de ces professionnels de santé peuvent accepter de se déplacer à votre domicile pour administrer cette vaccination. Par ailleurs, toutes les indications sur les lieux de vaccination sont disponibles sur le site Santé.fr. Pourquoi une dose de rappel est-elle préconisée ? Afin de relancer l’immunité et de garantir le plus haut niveau de protection face au Covid-19.

3ème dose de vaccin : pour qui ?

Les personnes âgées de 50 à 64 ans seront concernés dès le mois de décembre. Jusque-là, la 3e dose était réservée à un public bien déterminé. Comme le souligne le ministère de la santé et des solidarités, la dose de rappel concerne aujourd’hui les personnes les plus exposées au risque de faire une forme grave de Covid-19, soit :

  • Les résidents des EHPAD, des USLD (unités de soins longue durée) et des résidences autonomie ;
  • Les personnes de 65 ans et plus ;
  • Les personnes à très haut risque de forme grave, dès 12 ans ;
  • Les personnes atteintes de comorbidité(s), dès 12 ans ;
  • Les personnes sévèrement immunodéprimées, dès 12 ans ;
  • Les professionnels de santé ;
  • L’ensemble des salariés du secteur de la santé et du secteur médico-social ;
  • L’ensemble des salarié du secteur du transport sanitaire ;
  • Les aides à domicile intervenant auprès de personnes vulnérables ;
  • Les pompiers ;
  • Les personnes de l’entourage des immunodéprimés, uniquement chez les adultes âgés de plus de 18 ans.

Pour rappel, les personnes immunodéprimées sont les personnes : 

  • ayant reçu une transplantation d’organe ou de cellules souches hématopoïétiques
  • sous chimiothérapie lymphopéniante
  • traitées par des médicaments immunosuppresseurs forts, comme les antimétabolites (cellcept, myfortic, mycophénolate mofétil, imurel, azathioprine) et les AntiCD20 (rituximab : Mabthera, Rixathon, Truxima) 
  • dialysées chroniques après avis de leur médecin traitant qui décidera de la nécessité des examens adaptés;
  • au cas par cas, les personnes sous immunosuppresseurs ne relevant pas des catégories susmentionnées ou porteuses d’un déficit immunitaire primitif.
  • (depuis le 18 juin) atteintes de leucémie lymphoïde chronique ou de certains types de lymphomes traités par antiCD20

Moderna et 3ème dose

Dans un premier temps, la Haute autorité de Santé avait « déconseillé » d’utiliser le vaccin Moderna pour la dose de rappel. Pour justifier cette décision, la HAS s’était appuyée sur une étude scandinave mettant en avant le risque de myocardite pour les personnes de moins de 30 ans. « Les annonces de diverses autorités sanitaires ont mis en lumière les inconnues qui demeurent sur la dose et la population cible pour le rappel par Spikevax (vaccin Moderna, NDLR) et justifient d’attendre que l’instance européenne apporte les précisions attendues dans le cadre de l’autorisation de mise sur le marché en cours d’examen ».

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :