Les pires arnaques de Noël au supermarché

En 2019, Foodwatch a lancé son Calendrier du Vent : chaque jour, un produit au packaging trompeur et à la composition douteuse. Blini, Labeyrie, Président… De gros noms de l’industrie agroalimentaire sont épinglés, et pour cause : le rush des fêtes incite certains industriels à sur-vendre des produits (parfois 30 % plus cher) et à mentir sur leur composition. Voici les principales arnaques à éviter pendant vos courses de Noël.Sommaire du guide

Les chocolats à l’huile de palme

Pour nombre de consommateurs, la marque fait foi : Révillon, Delacre, Lindt… Mais derrière les emballages rouge et or, tout n’est pas toujours rose : chez certains chocolats de Noël, l’ingrédient principal est… l’huile de palme. Pour des labels qui prétendent vendre l’excellence, c’est fort en chocolat ! Et la même arnaque se répète dans d’autres produits alimentaires : les gâteaux, les feuilletés apéros…

Bien pratique pour les industriels, l’huile de palme est en revanche catastrophique pour l’environnement (acteur majeur de la déforestation) et pour la santé (risques de maladies cardio-vasculaires). Soyez sans pitié : sortez-la de votre panier !

Comment éviter l’arnaque ?

Même les emballages les plus luxueux et les slogans « Recette traditionnelle » et autres « Made in France » peuvent servir de cache-misère. On appelle ce tour de passe-passe l’arnaque à l’huile de palme masquée. Pour ne pas vous faire avoir, vous avez 2 solutions :

  • Regardez la composition (généralement inscrite en petit dans un coin ou sous l’emballage). Cherchez la mention : palm acid, sodium palmate, sodium palm kernalat, graisse végétale… Plus elle est placée haut dans les ingrédients, plus c’est mauvais signe.
  • Scannez le code-barre du produit avec Yuka : la terminologie « graisse végétale » peut aussi concerner du beurre de cacao. L’appli Yuka vous permettra de savoir de quelle huile il s’agit.

Le foie gras aux nitrites

Fréquemment ajoutés aux viandes et charcuteries industrielles, les nitrites jouent le rôle de conservateurs et donnent une couleur rosée plus appétissante aux produits. Or le nitrite de sodium joue un rôle dans le développement de pathologies cancérigènes. Et, surtout, il n’a rien à faire dans un foie gras présenté comme traditionnel !

Comment éviter l’arnaque ?

Les nitrates, nitrites et sels nitrités sont présents sous diverses terminologies : E249 à E252. Il est difficile de trouver du foie gras exempt de ces composants dans les produits industriels ; toutefois, il est conseillé d’éviter tous les blocs de foie gras qui comportent la mention E250 (nitrite de sodium), classé cancérogène probable.

Et bien évidemment, plus il y en a dans la liste, plus c’est mauvais signe…

La fausse recette de terroir

Cette arnaque au supermarché peut sévir aussi bien sur les plats préparés que sur les produits d’épicerie traditionnels. On l’appelle l’arnaque à l’origine : elle consiste à vanter la nature authentique et locale d’un produit à grands renforts de drapeaux français et de visuels de terroir… quand l’origine des composants avoue tout l’inverse.

Comment éviter l’arnaque ?

Sachez qu’un drapeau bleu-blanc-rouge et la mention « recette traditionnelle » n’ont pas de contraintes de législation. Avant de vous laisser séduire par un packaging avantageux, regardez tout de suite l’origine des produits sur l’emballage.

Si le produit du terroir a un nom (un fromage, par exemple), vérifiez la présence d’un label AOP attestant de son authenticité.

Le saumon sous (grand) vide

Le saumon ou la truite fumés sont souvent présentés sur un plateau, avec un emballage opaque qui ne garde qu’un rectangle transparent pour montrer les tranches. C’est là que cette arnaque se glisse : certains industriels, au lieu de réduire l’emballage au maximum, le présentent sur un plateau XXL, donnant l’illusion d’un produit plus volumineux qu’en réalité. Vous payez donc des tranches de saumon et du vent.

La même arnaque peut s’appliquer à d’autres produits sous vide : truffes de Noël, céréales, chips…

Comment éviter l’arnaque ?

Il y a 2 façons de contrer le piège :

  • La pesée : si vous avez l’impression que le produit est généreux en vous basant sur le visuel, soupesez-le. Vous saurez tout de suite si le produit est plein de vide, ou véritablement intéressant.
  • Le prix au kilo : c’est encore le moyen le plus fiable de vérifier que vous ne payez pas surtout le suremballage.

Les fausses promos et arnaques au supermarché, c’est toute l’année. Pour un Noël au juste prix, ne vous laissez pas avoir par ces promesses bâties sur du vent !Article précédentLes magasins de proximité : faut-il y aller quand on veut faire des économies ?

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :