Sécurité sociale : la Cour des comptes veut taxer les boissons alcoolisées et sucrées

Le déficit de la Sécurité sociale n’en finit plus de se creuser et la situation s’est aggravée avec la crise sanitaire. Le déficit a atteint près de 30 milliards d’euros en 2020. Ce dernier doit être ramené à 14 milliards dès 2024. Pour faire des économies, les Sages de la rue Cambon ont préconisé plusieurs mesures dans un rapport publié mardi 14 décembre 2021.Le déficit de la Sécurité sociale doit être ramené à 14 milliards d’euros en 2024.

Réduire les dépenses de l’Assurance maladie

Les Sages préconisent d’encourager la médecine de ville afin de décongestionner les hôpitaux et réduire également les dépenses de la Sécurié sociale. Environ 5,7% des Français vivaient entre 2015 et 2018 dans une zone avec peu de médecins généralistes contraignant ces personnes à se tourner vers l’hôpital.

Une autre mesure du rapport prévoit d’en finir avec le remboursement des factures fictives. L’Assurance maladie ne perçoit pas certains remboursements du fait de fraudes comme par exemple pour des prises en charge qui n’auraient pas lieu d’être. Ces factures abusives représentent un trou de 2 milliards d’euros pour la Sécu. La Cour propose donc des contrôles automatisés et manuels.

Taxer les boissons alcoolisées et sucrées

La Cour des comptes recommande également d’instaurer une taxe sur les boissons alcoolisées et sucrées mais aussi d’interdire leur publicité. L’Assurance maladie alloue chaque année 15 milliards d’euros à la prévention. Toutefois, la vision du système français est plutôt basée sur une médecine curative. Tout comme pour le tabagisme, les Sages souhaitent donc appliquer une taxe sur d’autres produits comme les aliments transformés trop sucrés afin de mieux prévenir l’obésité. Un Français sur deux est en surpoids et un sur six est obèse.

Les Sages de la Cour des comptes demandent également de réviser le paiement à l’acte des professionnels médicaux et lors d’interventions chirurgicales. Dans son rapport, elle indique que « Les tarifs sont imparfaitement corrélés à la charge et à la complexité des soins, et donc aux coûts de production des acteurs du système de santé ». En effet, le coût de certains soins ont baissé mais sont toujours remboursés au prix fort par l’Assurance maladie. La Cour des comptes veut enfin mieux encadrer les indemnités journalières pour maladie.

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :