Achats en ligne : pourquoi avez-vous l’impression de dépenser moins ?

Les Français sont toujours plus nombreux à céder aux achats « en rafale » sur internet. Cela, à la fois pour des raisons pratiques et financières, les prix étant souvent plus intéressants en ligne qu’en boutique physique. Vous en êtes ? Alors peut-être avez-vous, comme beaucoup, ce sentiment de ne pas vraiment dépenser au moment du paiement. Comment l’expliquer ? Le professeur Michel Lejoyeux, chef du service de psychiatrie et d’addictologie à l’Hôpital Bichat à Paris, avance plusieurs arguments.Sommaire du guide

Une dématérialisation (quasi) généralisée

Sur le web, tout est littéralement dématérialisé : les produits, mais aussi le paiement. Alors qu’en magasin, nous sommes amenés à sortir soit de la monnaie, soit sa carte bleue, en ligne, nous n’avons parfois besoin ni de l’un ni de l’autre : le paiement est « automatisé ». C’est le cas lorsque vous payez via PayPal ou encore si vous avez pré-enregistré votre code de carte bancaire sur certains sites d’e-commerce.

Éventuellement, dans le cadre de la double authentification obligatoire, vous devez vous identifier auprès de votre banque à l’aide de votre carte et d’un boîtier. Cependant, là encore, d’autres options existent (code reçu par SMS, empreinte digitale, reconnaissance faciale…). Tout ceci pour dire que l’argent dépensé en ligne n’est pas « palpable ». De manière inconsciente, nous minimisons ainsi le geste d’achat. Pourtant, cet argent sera bel et bien débité de votre compte !

Un contexte de vente bouleversé

Prendre le volant de votre voiture, fureter dans les rayons du magasin, faire la queue pour passer en cabine, passer en caisse (après avoir fait à nouveau la queue), sortir les articles de votre panier… voilà autant de gestes que vous n’avez pas à réaliser lorsque vous faites votre shopping sur internet.

Comme l’explique très justement le professeur Lejoyeux, « en ligne, tout est simplifié pour favoriser l’achat impulsif et vous détourner de la motivation réelle de l’achat ». Tandis qu’en magasin, vous avez le temps d’y réfléchir à deux fois pour décider si oui ou non, cet achat que vous vous apprêtez à faire est raisonnable.

L’influence des marques

Vous êtes sans aucun doute abonné aux newsletters d’un nombre incalculable de sites d’e-commerce. Il ne se passe pas une journée sans qu’elles ne viennent inonder votre boîte mail. Ce sont autant de tentations ! D’autant que les marques vous présentent rarement des produits au hasard… La plupart du temps, ceux choisis sont personnalisés, en adéquation avec vos goûts et habitudes d’achat.

C’est sans compter les soldes, les ventes privées ou le Black Friday. -20, -30, -40 %… À la vue de promos aussi alléchantes et limitées dans le temps, vous pensez que vous allez passer à côté de bonnes affaires. Bref, un cocktail marketing peut vous faire perdre le contrôle en un rien de temps car quelque part, il vous fait déculpabiliser.

À noter : C’est sans compter les facilités de paiement !

Possibilités de payer en deux, trois ou quatre fois sans frais, paiement à la livraison… voilà des arguments supplémentaires pour inciter à l’achat.

Sauf que là où vous croyez être gagnant, vous êtes finalement perdant. Car l’argent investi dans ce ou ces produits que vous n’aviez pas spécialement l’intention d’acheter au départ, vous auriez pu l’utiliser pour autre chose. Si l’on n’est pas suffisamment vigilant, cela peut vite devenir un cercle vicieux.

Émotion quand tu me tiens…

Dans l’achat en ligne, il y a aussi une grande part émotionnelle. L’attente de la réception de la commande crée une impatience. Puis, lorsqu’elle arrive enfin, un sentiment d’excitation nous envahit à l’idée d’ouvrir le colis. Le plaisir est décuplé comparé à un « simple » achat en magasin. C’est un peu comme si c’était Noël à chaque fois !

Ajoutons que ce fameux délai d’attente entre la commande et la livraison va jusqu’à nous faire oublier l’impact financier de l’achat. « Cette excitation est une reviviscence de l’enfance qui nous replonge dans cet instant où l’on reçoit un paquet cadeau bien emballé, personnalisé à son nom et pour lequel on se fait une joie de le déballer », explique le professeur Lejoyeux.

Sans oublier qu’en ces temps de pandémie et d’incertitude, beaucoup ont besoin de compenser le manque d’interactions sociales ou tout simplement de se réconforter. On se rassure alors en se disant que telle ou telle dépense est un mal pour un bien. Malheureusement, le retour à la réalité peut être brutal. Car, en attendant, votre compte en banque, lui, se vide…

Les adeptes d’achats en ligne ont tout intérêt à se fixer une limite budgétaire et surtout, à s’y tenir. Pour éviter les frustrations – qui poussent tôt ou tard à l’achat, – on essaie aussi de ne pas consulter systématiquement ses infolettres. Mieux encore : on se désabonne (au moins d’une partie des sites sur lesquels on est inscrit) !

Publié par supportconseil.com

evolu en m instruisant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :