EXAMENS À EFFECTUER AVANT LA RETRAITE

Le départ à la retraite implique une baisse importante des revenus. Pour bien s’y préparer, un futur retraité a tout intérêt à faire un bilan de santé avant toute cessation d’activité professionnelle. Neuf spécialistes de la santé sont à consulter pour un check-up complet.

examens sante avant retraite

Santé des seniors : bien se préparer avant le départ à la retraite

Un départ à la retraite se prépare à l’avance. Un futur retraité a tout intérêt à effectuer un diagnostic santé avant sa cessation d’activité. Cette initiative lui évitera bien des tracas, et ce pour trois raisons.

Premièrement, le passage à la retraite s’accompagne généralement d’une baisse importante de revenu. Il peut ainsi s’avérer difficile de couvrir le reste à charge et le dépassement d’honoraires lorsque la consultation d’un spécialiste n’est pas prise en charge à 100% par la Sécurité sociale et la mutuelle santé.

Deuxièmement, la mutuelle santé d’un actif et d’un retraité n’est pas la même en termes de coût et de couverture. Un retraité dépense plus en complémentaire santé qu’un actif. Et s’il conserve sa mutuelle santé de salarié, le coût peut doubler dès la première année et augmenter au fur et à mesure que les années passent.

Troisièmement, un check-up est une étape importante qui peut être pesante pour un retraité. Les effets psychologiques ne seront pas forcément négatifs si l’intéressé effectue son diagnostic santé avant son départ à la retraite. Cela lui évitera en effet de caler plusieurs rendez-vous médicaux dans son agenda de retraité. De plus, les soucis de santé constatés lors de ce bilan peuvent être résolus avant le passage à la retraite.

Allocation-chômage : une nouvelle attestation unique pour Pôle emploi

Il s’agit d’une mesure accompagnant la réforme de l’assurance-chômage qui entrera en vigueur au 1er juillet prochain. Cette mesure instaure une nouvelle attestation Pôle emploi, obligatoire à compter du 1er juin.Pole emploiEn cas de non-transmission de l’attestation, un employeur risque jusqu’à 1.500 euros d’amende.

Une attestation unique valable auprès de Pôle emploi

Les demandeurs connaissent bien le principe. En fin de contrat avec un employeur, ce dernier est tenu de remettre à son salarié une attestation pouvant lui permettre de faire valoir ses droits en matière d’allocation-chômage, si nécessaire. Jusqu’à présent, plusieurs modèles d’attestation existaient en fonction des règles de l’assurance-chômage.

Au 1er juin prochain, soit demain, une nouvelle attestation fait son apparition. Ce nouveau document accompagne la réforme de l’assurance-chômage, qui doit entrer en application dans un mois, au 1er juillet. Contrairement aux précédentes attestations, ce nouveau document comprend davantage d’informations sur le parcours professionnel du demandeur d’emploi.

Des démarches à effectuer par l’employeur

Jusqu’à présent, tous les types d’attestation-employeur étaient acceptés par Pôle emploi. Les choses changent. Dès le 1er juin prochain, seule cette nouvelle attestation-employeur pourra faire foi auprès de Pôle emploi, afin de réclamer les allocations-chômage auxquelles un demandeur d’emploi peut normalement prétendre. On espère que les employeurs se mettront vite à la page afin d’éviter des refus de la part de Pôle emploi, et une perte de temps certaine pour les salariés.

Sachez qu’un employeur qui ne respecterait pas ses obligations en matière de transmission d’attestation peut risquer une amende allant jusqu’à 1.500 €. Ce n’est en aucun cas à vous de faire la démarche auprès de Pôle emploi, sauf si votre employeur ne dispose pas d’attestation complète et à jour vous concernant. Dans ce cas, il vous faudra transmettre vous-même quelques informations à Pôle emploi.

Voitures électriques: les aides à l’achat baissent le 1er juillet 2021

C’était prévu… mais ça reste une mauvaise nouvelle pour les Français qui désiraient passer à la voiture électrique pour moins polluer : les aides d’État pour l’achat d’un véhicule 100% électrique vont baisser le 1er juillet 2021. Il faudra donc dépenser plus de sa poche pour s’en offrir un.Acheter une voiture électrique va coûter plus cher dès juillet 2021.

Une baisse de 1.000 € des aides d’État

Lorsqu’Emmanuel Macron, président de la République, avait annoncé une hausse des aides d’État pour l’achat d’un véhicule 100% électrique, il avait immédiatement annoncé la couleur : elles ne dureraient pas éternellement. Dès mai 2020, donc, les français savaient qu’à partir du 1er juillet 2021, ces aides allaient baisser.

La baisse en elle-même avait été quantifiée : l’aide de 7.000 € serait tombée à 6.000 €, et l’aide de 3.000 € tomberait à 2.000 €. Une baisse de 1.000 € pour chacune des aides, donc, qui entrera en vigueur le 1er juillet 2021. Les Français qui ont pour projet d’acheter un véhicule électrique ont donc tout intérêt à se ruer chez les concessionnaires en cette fin de mois de juin 2021.

Quelles voitures électriques bénéficient d’une aide d’État ?

Malgré la baisse, les aides resteront donc accessibles après le 1er juillet 2021. Mais attention : tous les véhicules électriques n’y ont pas droit, le gouvernement ayant décidé d’axer ces aides que sur les véhicules les moins chers.

Les conditions pour bénéficier des aides ne changent pas : l’aide la plus intéressante, de 7.000 € jusqu’au 30 juin 2021 et de 6.000 € après, est accessible pour les modèles coûtant moins de 45.000 € (avant déduction). La deuxième aide, de son côté, est disponible pour les véhicules aux prix compris entre 45.000 et 60.000 € (avant déduction).

Si le modèle coûte plus de 60.000 €, aucune aide n’est disponible.

CE QUI CHANGE POUR LES RETRAITES EN 2021

Comment va évoluer votre retraite en 2021 ? Les changements applicables au régime général de retraite de la Sécurité sociale en 2021 seront faibles cette année compte tenu de la conjoncture.  En effet, les discussions autour de la nouvelle réforme du régime de retraite universel prévues en 2020 ont été reportées en raison de la pandémie. Comme chaque année depuis trois décennies d’évolutions réglementaires, quelques modifications entrent en vigueur en 2021 concernant le régime général de la Sécurité sociale. Et à l’instar des précédentes, elles sont de plus en plus restrictives.

Revalorisation des pensions de retraite de base

Autre évolution, les retraites de base ont été relevées de 0,4 % au 1er janvier suivant l’inflation. Ce même taux s’appliquera pour les régimes complémentaires des artisans et commerçants, des agents d’assurances, des agents non titulaires de la fonction publique. Seuls les avocats profiteront d’une hausse de 0,5 % sur la pension de base. De son côté, la revalorisation des retraites complémentaires ne sera effectuée qu’en novembre 2021.

Pour les parents au foyer, l’assiette forfaitaire mensuelle de l’Assurance vieillesse (AVPF) pour 2021 est de 1715,35 euros (169 fois le SMIC de 2020), contre 5197 euros pour l’assiette trimestrielle de cotisation (507 fois le SMIC horaire).

TRANSFÉRER UNE ASSURANCE VIE VERS UN PER

Ecrit par Ludovic HerschlikovitzLes épargnants ont jusqu’au 1er janvier 2023 pour transférer une partie ou la totalité de leurs avoirs sur une assurance vie vers un plan épargne retraite individuel (PERin). Cette opération ne présente-t-elle que des avantages ?

transfert assurance vie vers PER

Alimenter un PER individuel avec l’épargne d’une assurance vie, avantages et inconvénients

La réforme de l’épargne retraite a apporté des améliorations concrètes qui confèrent au nouveau plan épargne retraite (PER) plus d’attrait. Les dispositifs d’épargne retraite ont longtemps eu du mal à concurrencer l’assurance vie qui jusqu’à présent reste le placement privilégié des Français. Aujourd’hui, le PER propose de nouvelles options et des règles de fonctionnement plus souples. Qui plus est, les détenteurs d’une assurance vie ont la possibilité de transférer sur un PER individuel une partie ou la totalité de leur épargne et ce jusqu’au 1er janvier 2023.

QUELLES NOUVEAUTÉS APPORTÉES PAR LE PER ?

Le nouveau PER est sur le marché depuis peu, régi par des règles beaucoup plus souples que celles des anciens produits d’épargne retraite. Ce nouveau produit d’épargne retraite présente également des avantages fiscaux alléchants et une plus grande marge de manœuvre lui permettant de se rapprocher un peu plus de l’assurance vie sans pour autant l’égaler.

Plan epargne retraite

Réforme de l’épargne retraite : le Plan épargne retraite (PER) et ses points forts

Le nouveau plan épargne retraite (PER) présente des points forts qu’un épargnant doit prendre en considération au moment de choisir le placement pour la préparation de sa retraite.

Déduction des versements du revenu imposable

Afin de réaliser une économie d’impôt, l’épargnant peut choisir de déduire de son revenu imposable les versements qu’il effectue sur son contrat PER. Le fisc établit de manière individuelle le plafond de déduction, mais il peut aller jusqu’à 31.785 euros pour les salariés et jusqu’à 74.969 euros pour les non-salariés. Qui plus est, le plafond non utilisé est reportable sur les trois années suivantes. Cet avantage fiscal est très intéressant pour un contribuable dans une tranche marginale d’imposition élevée.

Il est important de préciser que l’application de la déduction fiscale à l’entrée implique une taxation à la sortie.

Dans le cas d’une sortie en capital (possibilité de récupérer 100% du capital constitué par les versements volontaires), l’imposition est comme suit :

  • Capital soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu
  • Plus-values soumises soit à la flat tax au taux de 30%, soit au barème progressif de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux de 17,2%

Dans le cas d’une sortie en rente, les rentes issues des versements volontaires sont soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu après abattement de 10%. Par ailleurs, la rente supporte les prélèvements sociaux sur une partie de la rente dont le pourcentage dépend de son âge :

  • Entre 60 et 69 ans, les prélèvements sociaux s’appliquent sur 40% de la rente
  • A partir de 70 ans, les prélèvements sociaux s’appliquent sur 30% de la rente

Amélioration des règles en termes de prévoyance

Les anciens produits d’épargne retraite ont la réputation d’avoir un fonctionnement complexe et une règlementation rigide pouvant être de réels freins pour les épargnants.

La réforme de l’épargne retraite a justement pour objectif de rendre le nouveau PER plus lisible et plus flexible. Un contrat PER peut comporter des clauses donnant à l’épargnant des garanties en termes de prévoyance (perte d’autonomie, invalidité, chômage, décès, etc.). En cas d’incapacité de travail par contre, la prise en charge des cotisations n’est possible que pour les indépendants et les agriculteurs.
Selon le contrat et l’organisme qui le propose, le PER peut offrir aux épargnants une garantie plancher. Il s’agit d’un seuil minimum établi afin de protéger l’investissement face à la volatilité des marchés financiers.

Par ailleurs, en cas de décès prématuré de l’épargnant, la clause bénéficiaire prend effet. Dans ce cas, la fiscalité dérogatoire de l’assurance vie s’applique. En cas de décès avant 70 ans, l’abattement accordé est de 152 500 euros. En cas de décès après 70 ans, il est de 30 500 euros. Dans ce cas précis donc, la date de versement des cotisations importe peu, seul l’âge du souscripteur au moment de son décès compte.

Possibilité de transférer un vieux contrat d’assurance vie sur un PER

Les détenteurs d’un contrat d’assurance vie de plus de 8 ans ont jusqu’au 31 décembre 2022 pour transférer une partie ou la totalité de leur épargne sur un PER, à condition cependant de ne partir à la retraite que dans plus de 5 ansCe transfert bénéficie d’une fiscalité attrayante puisque l’abattement habituellement obtenu lors d’un rachat est doublé, 9 200 euros pour une personne seule au lieu de 4 600 euros et 18 400 pour un couple marié ou pacsé au lieu de 9 200 euros.
A noter toutefois que l’assurance vie peut également servir à la préparation de la retraite. Ses règles sont beaucoup plus souples que celles du PER pour ne citer que la disponibilité du capital en phase d’épargne.

LES PIÈGES À ÉVITER LORSQUE L’ON RÉPOND À UN MARCHÉ PUBLIC

Répondre à un marché public est un vecteur de développement essentiel pour toutes les entreprises, a conditions d’éviter certains pièges :

Conformément à l’ordonnance du 23 juillet 2015, qui remplace le Code des marchés publics de 2006, le marché public est définit comme un contrat conclu entre un ou plusieurs acheteurset un ou des opérateurs économiques (= candidats qui répondent aux marchés publics). Les pouvoirs adjudicateurs sont entre autres l’État, les collectivités territoriales, les établissements publics de coopération intercommunale ou encore les établissements publics locaux. Les attentes en question peuvent porter sur la fourniture de services, travaux ou matériels de toute sorte.

VEILLER À BIEN SÉLECTIONER LES MARCHÉS PUBLICS

Répondre à un marché public nécessite le respect de quelques étapes bien détaillées. Ces étapes sont par exemple la sélection minutieuse des appels d’offres correspondant au mieux à ses activités d’entreprise, l’évaluation sérieuse de ses capacités avant toute soumission de dossier, la réalisation d’un devis précis et adaptés aux attentes de l’acheteur. Le soumissionnaire doit également tenir compte au préalable des moyens matériels et humains à disposition. Le respect de ces étapes permet déjà d’éviter bien de pièges lorsqu’il est question de répondre à un marché public.

> Découvrir notre sélection de marchés publcs

NE PAS MODIFIER LES PIÈCES DU DCE

Pour être totalement à l’abri des pièges relatifs à la réponse à un marché public, il convient également de connaître tous les éléments pouvant engendrer des problèmes sérieux. Les pièces du DCE ou Dossier de consultation des entreprises ne doivent absolument pas être modifiés. En effet, l’ensemble des documents indispensables pour la consultation de ce dossier est déjà indiqué dans l’article 41 du code des marchés publics. Il faut savoir que ce document intègre toutes les conditions particulières à un marché donné.

RESPECTER LE RÉGLEMENT DE LA CONSULTATION

Les caractéristiques d’un marché public sont clairement indiquées dans le règlement de consultation. Ce document précise également les modalités d’envoi et d’évaluation des offres. Pour ne pas tomber dans des pièges de toute sorte, tâchez de respecter à la lettre le formalisme du règlement de consultation.

Vous devez apporter des réponses claires et concises à toutes les questions posées dans le lot. Vous devez, également fournir les éléments indispensables afin que votre dossier soit valide.

RÉDIGER UN MÉMOIRE TECHNIQUE DE RÉPONSE ADAPTÉ ET PERSONNALISÉ POUR CHAQUE RÉPONSE

Veillez à la cohérence de votre offre. Décrivez avec précision vos moyens ainsi que les démarches que vous désirez adopter afin de mener à bien le projet des pouvoirs adjudicateurs concernés.

L’établissement d’un mémoire technique relève toujours d’une obligation lorsqu’on répond à un marché public. En effet, ce document doit toujours être joint à votre dossier relatif à la réponse d’un marché public. Ce document permet aux pouvoirs adjudicateurs de juger avec objectivité la qualité technique de votre réponse en fonction des critères de pondération technique (ou valeur technique) identifié dans le règlement de la consultation. Vos chances de réussite dépendant en majeure partie de ce document.

Vous faire aider pour rédiger un mémoire technique efficace

CONSERVER LES PIÈCES DU MARCHÉ

Pour éviter les éventuelles remises en question, gardez précieusement tous vos documents. Ainsi, vous pourrez toujours répliquer à ceux qui oseront remettre en doute la légalité de vos démarches administratives ou même les compétences de votre entreprise.

Attention à l’arnaque au rachat de crédit à la consommation qui fait des victimes en France

Les policiers de la Sûreté départementale de Toulon ont mis au jour une arnaque au rachat de crédits à la consommation qui a débuté en 2019. Deux jeunes femmes, qui auraient recruté les victimes sur des sites de rencontres, ont été interpellées cette semaine et placées en garde à vue dans le cadre de cette affaire menée depuis le Portugal. Le préjudice pour les trois victimes recensées est estimé à 70 000 €. 

Deux jeunes femmes qui auraient participé à une arnaque au rachat de crédits à la consommation ont été interpellées dans la métropole de Toulon et placées en garde à vue mardi 25 mai rapporte supportconseil.com

Les enquêteurs de la Sûreté départementale ont dévoilé cette arnaque qui a débuté en 2019. Les deux jeunes femmes auraient été chargées de recruter des victimes pour une société basée au Portugal.

Ciblées sur des sites de rencontre

Elles sont pour le moment trois à avoir été recensées, note la radio locale. Le préjudice est estimé à 70 000 €, mais il pourrait s’alourdir avec la découverte de nouvelles victimes. Leur profil était le même ; des personnes qui avaient contracté un prêt bancaire auprès d’un organisme classique et qui s’étaient retrouvées face à des difficultés financières.

Elles s’étaient alors tournées vers des prêts à la consommation. Les taux sont plus élevés, les sommes moins conséquentes, mais ces prêts sont plus faciles à obtenir. Via des sites de rencontre, les deux suspectes auraient ciblé les interlocuteurs en difficulté financière.

Deux prêts à rembourser

Une fois les confidences obtenues, un escroc contactait les personnes en proposant un prêt à un taux plus avantageux, relate France Bleu Provence. Il annonçait se charger de rembourser le premier organisme.

Les débiteurs étant en confiance, ils contractaient alors un nouveau prêt. Mais comme le premier crédit n’était pas remboursé, ils se retrouvaient avec deux prêts sur les bras.

En garde à vue, les deux recruteuses présumées ont expliqué qu’elles percevaient 2 000 € pour chaque victime. L’escroc agissant sur l’ensemble du territoire, les enquêteurs s’attendent à recueillir de nouveaux témoignages de victimes.

un psychologue est -il efficace par internet / visioconference/telephone

ayant très peu de revenus mais pouvant accéder à Internet facilement, j’ai décidé de me confier à un site de psychologie en ligne gratuite. Pensez-vous que cela puisse être bénéfique pour moi ? et bien non la relation été douteuse le spécialiste ma demander de raconter mon histoire ensuite la conversation terminer il ne ma pas évoquer sa synthèse terminer pour aujourd’hui

Tout dépend de ce que vous attendez d’une consultation en ligne ! Si ce sont des conseils psychologiques, oui. Si vous pensez qu’il s’agit d’une véritable thérapie, l’avis des professionnels est plus réservé.

Il faut d’abord savoir qu’une consultation psy par téléphone ou sur Internet ne correspond pas au cadre psychanalytique défini par Freud. Il ne s’agit donc, en aucun cas, d’une cure analytique.

En réalité, Internet ne permet pas de saisir tout ce qui se passe lors d’un véritable face-à-face : gestes, lapsus, émotions, regards, positions du corps, larmes, etc. Tous ces éléments, qui font partie du processus thérapeutique, permettent au thérapeute de percevoir la personne dans sa globalité, et donc de mieux l’aider. Mais de plus en plus de psy en ligne s’adaptent à ce nouveau cadre, surtout depuis le premier confinement. Et aujourd’hui, de nombreuses études montrent qu’une thérapie en ligne n’est pas moins efficace qu’une autre.

Parfois même, consulter un psy en ligne présente de nombreux avantages :
– Les personnes timides ou qui ont des difficultés à s’exprimer peuvent exposer leurs problèmes plus facilement
– Les personnes qui ont « honte » de leurs problèmes peuvent être rassurés de ne pas avoir à fréquenter la salle d’attente d’un psy et peuvent se livrer plus facilement depuis chez eux, au calme, derrière leur écran
– Les personnes qui ont peur de la confrontation directe avec un psy — ou qui ont peur des psys ! — peuvent accéder plus facilement à une première consultation

CONSEIL ! avant de faire une démarche quelles soi

visio /internet /telephone/ meilleure solution prenez rendez vous dans son cabinet avant toute chose verifier qu’il est bien inscrit dans l ordre des medecins psy

Quelle eau pour les seniors?

A l’âge de la maturité, l’un des gestes essentiels à faire est de boire régulièrement beaucoup d’eau. Mais le petit plus, c’est de choisir celle qui correspond le mieux à vos besoins. Doctissimo vous donne quelques explications sur les besoins en eau chez les seniors et les bienfaits de certaines d’entre elles, pour que votre santé ne tombe pas à l’eau !Sommaire

  1. La déshydratation : attention danger !
  2. Squelette fragile, la solution utile : le calcium
  3. Le magnésium : un minéral à ne pas négliger

1 | La déshydratation : attention danger !

Il existe différents types d’eau dont on nous vante chaque jour les bienfaits… Mais arrivé à un certain âge, laquelle choisir ? Le corps a d’autres besoins à partir de 50 ans. Il faut donc bien boire mais aussi boire beaucoup, au moins 1,5 litre d’eau par jour, car la déshydratation guette et les problèmes qui en découlent aussi.

La déshydratation : attention danger !

Eau et seniors

On ne le dira jamais assez, il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire. Et ceci est valable à tout âge mais c’est d’autant plus important chez les seniors qui voient deux phénomènes apparaître avec le vieillissement : d’une part une diminution de l’appétit, ce qui cause une carence en minéraux et une perte des apports en eau par l’alimentation ; d’autre part, une forte diminution de la sensation de soif ce qui n’incite pas à boire de l’eau autant qu’il le faudrait.

Conséquence majeure de ces deux diminutions : la déshydratation. Pour y remédier, pas de secrets, gardez toujours une bouteille d’eau à portée de main et buvez en petites quantités tout au long de la journée. Autrement, constipationinfections urinairescalculs rénaux et autres troubles digestifs seront les premiers dysfonctionnements à être favorisés.

En cas de forte chaleur, il est préférable d’avoir aussi un apport en sodium pour retenir l’eau dans l’organisme. Privilégiez alors les eaux sodiques : Quezac, ST-Yorre, Vichy Celestins. En plus de la rétention d’eau, le sodium intervient dans les mécanismes de régulation de la sensation de soif. Il est même efficace contre la confusion mentale chez les personnes âgées. Par contre, si vous avez des problèmes de tension ou un régime sans sel, ces eaux peuvent être déconseillées, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant.

Squelette fragile, la solution utile : le calcium

La déminéralisation osseuse et la fragilisation du sq uelette sont des problèmes survenant avec l’âge. L’ostéoporose, maladie caractérisée par une perte osseuse progressive, touche plus particulièrement les femmes ménopausées dont la baisse importante du taux d’ oestrogènes accélère la fragilisation des os. Pour prévenir ces risques, un apport en calcium est fondamental : alors que le besoin journalier moyen en calcium se situe vers 900 mg pour les adultes, il est de 1 200 mg chez les femmes de plus de 55 ans et les hommes de plus de 65 ans 1. Un apport via l’alimentation est essentiel bien sûr, mais également en buvant des eaux calciques. En effet le risque de fracture diminue significativement chez les seniors ayant des apports en calcium réguliers et importants 2.

Le magnésium : un minéral à ne pas négliger

Prévenant les risques cardiovasculaires, intervenant dans les mécanismes de défense de l’organisme et aidant la fixation du calcium sur les os, le magnésium est un élément essentiel pour les seniors dont l’apport moyen quotidien doit être de 480 mg (contre 330 mg chez les adolescentes et les femmes). Anti- fatigue, il intervient dans l’équilibre nerveux et agit aussi contre la constipation.

On en trouve dans les eaux magnésiennes (contenant plus de 50 mg/L) comme l’Hépar ou encore Quezac.


PRÉCAUTION ! LES PERSONNES FRAGILE OU atteinte d une maladie DOIVENT CONSULTER L’ÉTIQUETAGE DE LA BOUTEILLE LA COMPOSITION DES agents SODIUM et CHLORURE prendre de préférence EN deçà