comment renouveler son dossier crédit

MANQUE DE DOCUMENTS ET JUSTIFICATIF

Quels sont les critères d’éligibilité observés par les établissements prêteurs ? Une demande de crédit refusée ne signifie pas qu’il sera impossible d’emprunter, mais tout simplement que le scoring du candidat est jugé insuffisant dans un premier temps. Comment faire pour rebondir et tenter à nouveau sa chance ?

Un refus de crédit ne doit pas décourager. Il faut au contraire se plonger dans son dossier d’emprunt afin d’essayer de trouver les critères qui peuvent freiner l’acceptation de l’organisme financier. En effet, ce dernier s’attarde à la fois sur la situation professionnelle, personnelle et financière du consommateur. Il est avant tout indispensable de s’assurer de faire une demande de prêt en ayant les revenus suffisants pour assume

Ensuite, une situation professionnelle stable dans un domaine d’activité peu impacté par la crise est un atout. Avoir une certaine capacité d’épargne est également un plus. Les établissements cherchent avant tout des « profils solvables », n’ayant pas de découverts bancaires trop fréquents et avec un comportement bancaire cohérent. Il faut d’ailleurs éviter les défauts de paiement…

Ainsi, le dossier doit être dépourvu d’incidents, avec des revenus fixes, une situation professionnelle stable (avec un contrat à durée indéterminée de préférence) et la capacité de fournir un apport personnel. Il existe plusieurs autres causes de refus, mais le taux d’endettement fait partie des critères prioritaires.

CONTROLER SON BUDGET

Tous les mois, c’est la même gageure : réussir à tenir son budget courses tout en achetant de bons produits. Si on veut limiter les dépenses, il y a plusieurs catégories d’articles à éviter au supermarché. Mais il y a aussi les faux bons plans, à commencer par le format familial.

Sur le papier, il a tout bon : vous faire acheter un produit en quantité XXL pour éviter d’avoir à en reprendre plus vite. Le tout en payant moins cher ? Pas forcément. L’ONG Foodwatch a mené une enquête sur les produits vendus avec la fameuse étiquette « Format familial » (ou « maxi format ») dans les grandes enseignes de supermarché.

Bilan : certaines marques gonflent les prix jusqu’à 30 % au lieu de les baisser. Pourquoi ? Parce que, par défaut, le consommateur va penser qu’un plus gros volume est vendu moins cher.

Comment éviter l’arnaque ?

Vérifiez le prix au kilo en comparant deux produits de la même marque : vous saurez tout de suite si le format XXL est plus intéressant. Pour sortir vraiment gagnant, regardez aussi du côté des marques distributeurs, qui, à qualité souvent équivalente, sont moins chères.

Le faux bio

C’est bio, c’est forcément bien ? Gare au greenwashing. Aujourd’hui, les consommateurs sont plus soucieux de la qualité et de la provenance de ce qu’ils mettent dans leurs assiettes. L’étiquette bio et le packaging recyclable sont donc un laissez-passer de choix pour convaincre un acheteur de mettre l’article dans son panier. Même si le produit n’a pas grand-chose à voir avec du vrai bio.

Comment éviter l’arnaque ?

Pour acheter l’esprit tranquille, fiez-vous aux labels biologiques certifiés. Seuls eux peuvent attester que le produit est bel et bien issu de l’agriculture biologique. Cherchez aussi la présence d’un Nutri-Score pour vous donner le feu vert.

2 achetés, 1 gratuit !

Cette promotion est un grand classique au supermarché. C’est aussi une façon très facile de vous faire payer deux fois plus en vous alléchant avec la « gratuité » du troisième article. Un faux bon plan, d’autant qu’il s’agit souvent de produits de snacking, périssables et surtransformés. Bref, vous ne ferez du bien à votre porte-monnaie, ni à vos artères…

Comment éviter l’arnaque ?

À moins que cette promo tombe à pic pour renflouer vos stocks ou préparer un gros événement festif, mieux vaut vous en tenir à votre liste et acheter la quantité qu’il vous faut. Ni plus, ni moins. 

Les produits placés à hauteur d’yeux

Dans un supermarché, tout est stratégique, depuis l’itinéraire qu’on vous fait parcourir jusqu’aux caisses en passant par les têtes de gondole… sans oublier la disposition des produits dans les rayons. L’acheteur est pressé, chargé, et va donc avoir tendance à focaliser son attention sur les produits à hauteur de visage, qui sont les plus accessibles. Et aussi les plus chers…

Comment éviter l’arnaque ?

Prenez tout simplement l’habitude de regarder les produits situés dans les rayons du bas. Vous y trouverez principalement des marques de distributeurs, dont le bon rapport qualité-prix est idéal pour de nombreux produits du quotidien. Et si vous avez un doute, utilisez une appli comme Yuka pour savoir si l’alternative est intéressante !

Au supermarché, toutes les promos ne sont pas bonnes à prendre. Soyez un consommateur averti : regardez toujours le prix au kilo, vérifiez la composition alimentaire et surtout, restez fidèle à votre liste de courses pour ne pas dépasser votre budget !

Tous les mois, c’est la même gageure : réussir à tenir son budget courses tout en achetant de bons produits. Si on veut limiter les dépenses, il y a plusieurs catégories d’articles à éviter au supermarché. Mais il y a aussi les faux bons plans, à commencer par le format familial.

Sur le papier, il a tout bon : vous faire acheter un produit en quantité XXL pour éviter d’avoir à en reprendre plus vite. Le tout en payant moins cher ? Pas forcément. L’ONG Foodwatch a mené une enquête sur les produits vendus avec la fameuse étiquette « Format familial » (ou « maxi format ») dans les grandes enseignes de supermarché.

Bilan : certaines marques gonflent les prix jusqu’à 30 % au lieu de les baisser. Pourquoi ? Parce que, par défaut, le consommateur va penser qu’un plus gros volume est vendu moins cher.

Comment éviter l’arnaque ?

Vérifiez le prix au kilo en comparant deux produits de la même marque : vous saurez tout de suite si le format XXL est plus intéressant. Pour sortir vraiment gagnant, regardez aussi du côté des marques distributeurs, qui, à qualité souvent équivalente, sont moins chères.

Le faux bio

C’est bio, c’est forcément bien ? Gare au greenwashing. Aujourd’hui, les consommateurs sont plus soucieux de la qualité et de la provenance de ce qu’ils mettent dans leurs assiettes. L’étiquette bio et le packaging recyclable sont donc un laissez-passer de choix pour convaincre un acheteur de mettre l’article dans son panier. Même si le produit n’a pas grand-chose à voir avec du vrai bio.

Comment éviter l’arnaque ?

Pour acheter l’esprit tranquille, fiez-vous aux labels biologiques certifiés. Seuls eux peuvent attester que le produit est bel et bien issu de l’agriculture biologique. Cherchez aussi la présence d’un Nutri-Score pour vous donner le feu vert.

2 achetés, 1 gratuit !

Cette promotion est un grand classique au supermarché. C’est aussi une façon très facile de vous faire payer deux fois plus en vous alléchant avec la « gratuité » du troisième article. Un faux bon plan, d’autant qu’il s’agit souvent de produits de snacking, périssables et surtransformés. Bref, vous ne ferez du bien à votre porte-monnaie, ni à vos artères…

Comment éviter l’arnaque ?

À moins que cette promo tombe à pic pour renflouer vos stocks ou préparer un gros événement festif, mieux vaut vous en tenir à votre liste et acheter la quantité qu’il vous faut. Ni plus, ni moins. 

Les produits placés à hauteur d’yeux

Dans un supermarché, tout est stratégique, depuis l’itinéraire qu’on vous fait parcourir jusqu’aux caisses en passant par les têtes de gondole… sans oublier la disposition des produits dans les rayons. L’acheteur est pressé, chargé, et va donc avoir tendance à focaliser son attention sur les produits à hauteur de visage, qui sont les plus accessibles. Et aussi les plus chers…

Comment éviter l’arnaque ?

Prenez tout simplement l’habitude de regarder les produits situés dans les rayons du bas. Vous y trouverez principalement des marques de distributeurs, dont le bon rapport qualité-prix est idéal pour de nombreux produits du quotidien. Et si vous avez un doute, utilisez une appli comme Yuka pour savoir si l’alternative est intéressante !

Au supermarché, toutes les promos ne sont pas bonnes à prendre. Soyez un consommateur averti : regardez toujours le prix au kilo, vérifiez la composition alimentaire et surtout, restez fidèle à votre liste de courses pour ne pas dépasser votre budget !

Un sticker pour autoriser à délivrer de la publicité papier

On connaissait déjà les autocollants « stop pub ». Voici venir les stickers . Mardi 4 mai, les députés de l’Assemblée nationale se penchent sur le projet de loi Climat. Parmi les nombreux articles du texte, l’article 9 propose de mettre en place une mesure pour le moins surprenante. Il prévoit d’interdire le démarchage papier dans les boîtes aux lettres des habitants, sauf si ces derniers y apposent un sticker « Oui pub ».

Or la mesure divise. D’un côté les professionnels du secteur du papier. Ces derniers craignent que l’autocollant ne fragilise toute la filière en faisant disparaître totalement le prospectus papier. Il est vrai que cette mesure est novatrice dans le sens où jusqu’à présent, c’était au consommateur de faire une démarche s’il ne souhaitait pas recevoir de publicité. Cette fois-ci, c’est l’inverse.

Tous les adultes jeunes à risque de covid grave peuvent maintenant se faire vacciner

Lu 5 175 foisPublié le 30 avr. 2021 à 19h04Auteur : Jean-Louis KOECK

La campagne de vaccination s’étend rapidement à de nouvelles catégories de population. Après une extension le 12 avril à toutes les personnes âgées de 55 ans et plus, toutes les personnes âgées de 18 ans à 54 ans révolus et qui présentent une affection augmentant le risque de développer une forme grave de covid 19 peuvent se faire vacciner dès le 1er mai 2021.

De plus, les personnes qui vivent dans l’entourage d’une personne immunodéprimée sont également invitées, sur la base d’un certificat médical du médecin traitant de la personne immunodéprimée, à se faire vacciner.

L’âge est le facteur le plus fortement associé au risque d’hospitalisation ou de décès dans toutes les études. Ces études montrent un accroissement quasi-exponentiel du risque par décennie supplémentaire dès 50 ans. L’influence jouée par les comorbidités (terme désignant l’existence d’affections chroniques associées) dans la gravité de la covid 19 apparaît moindre. La liste des affections associées à un risque de forme grave de covid 19 est fondée sur l’avis de la Haute Autorité de santé du 1er mars 2021, sur l’avis du Haut Conseil de la santé publique du 29 octobre 2020 et sur l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale du 14 janvier 2021 (définition d’une liste de maladies rares à très haut risque de covid grave).

Afin de faire la synthèse des recommandations provenant de ces différentes instances, on peut identifier trois catégories d’affections considérées comme des facteurs de risque de covid grave.

Liste 1. Très haut risque de décès

Il s’agit d’affections qui entrainent une augmentation importante du risque de décès en cas de covid 19 (risque multiplié par plus de 3). A ces affections identifiées par la Haute Autorité de santé, ont été ajoutés les cancers traités par chimiothérapie, les maladies rénales chroniques sévères en dehors de l’insuffisance rénale terminale et certaines maladies rares (encadré n° 1 dans ce document).

  • cancers et maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie,
  • maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés,
  • transplantations d’organes solides,
  • transplantations par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques,
  • poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes,
  • trisomie 21,
  • certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection.

Liste 2. Haut risque de décès

Le risque de décès par covid associé à ces infections est multiplié par 1,5 à 3.

  • diabète (de type 1 et de type 2), pour lequel il apparaît que le risque associé pourrait être plus élevé chez les diabétiques plus jeunes,
  • obésité (IMC > 30 kg/m2), ce risque augmente avec l’IMC (IMC > 40 kg/m2) et pourrait être plus élevé chez les plus jeunes,
  • bronchopneumopathie obstructive (BPCO) et insuffisance respiratoire,
  • insuffisance cardiaque,
  • hypertension artérielle compliquée,
  • maladies hépatiques chroniques et en particulier la cirrhose,
  • troubles psychiatriques,
  • démence,
  • antécédent d’accident vasculaire cérébral.

Liste 3. Autres facteurs de risque de covid grave

On considère ces affections comme étant potentiellement des facteurs de risque indépendants de covid grave, avec un risque possible d’hospitalisation ou de décès. Il s’agit pour l’essentiel d’affections identifiées par le Haut Conseil de la santé publique dans son avis du 29 octobre 2020. Les recoupements avec les catégories précédentes on été exclus. 

  • antécédent de chirurgie cardiaque,
  • antécédent de coronaropathie,
  • asthme sévère,
  • fibrose pulmonaire,
  • mucoviscidose,
  • apnée du sommeil,
  • insuffisance rénale chronique non dialysée,
  • immunodépression congénitale ou acquise,
  • syndrome drépanocytaire majeur ou antécédent de splénectomie,
  • maladie du motoneurone,
  • myasthénie grave,
  • sclérose en plaques,
  • maladie de Parkinson,
  • paralysie cérébrale,
  • quadriplégie ou hémiplégie,
  • maladie cérébelleuse progressive.

Les personnes de 18 à 49 ans qui présentent une affection appartenant à la liste 2 ou à la liste 3 ci-dessus (celles ayant une affection à très haut risque étaient déjà éligibles auparavant) pourront donc désormais prendre rendez-vous

en centre de vaccination selon les modalités habituelles afin d’être vaccinées avec les vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna. La Figure 1 représente les nouvelles modalités de la vaccination.

Ces recommandations sont prises en comptes par le système d’aide à la décision de MesVaccins. Un premier niveau d’expertise est disponible sans créer de carnet de vaccination sur MesVaccins ou sur Vaccination info service (versions grand public ou professionnels de santé). Un second niveau d’expertise, prenant en compte l’historique vaccinal, est accessible depuis le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.

Pourquoi vous devez éviter le karcher ? Pour nettoyer sa terrasse tâchée, noircie et pleine de mousse, on se dit qu’il n’y a rien de mieux que d’utiliser un Karcher. Passer de l’eau à haute pression, ça ne peut pas faire de mal ! Et bien, détrompez-vous… Ce procédé crée en réalité, au fur et à mesure du temps, des microfissures sur les surfaces. Les couches protectrices se désagrègent et cela endommage votre belle terrasse. Prenez une terrasse en carrelage par exemple. Et bien passer le karcher dessus détériore l’email et rend les joints poreux. C’est pareil pour les terrasses en pierre reconstituée et les sols bétonnés. Les couches imperméabilisantes s’abîment fortement et les fissures craquent lorsque l’hiver arrive. Donc le nettoyage haute pression est à éviter. Ce procédé n’est à utiliser que si vous avez une urgence de nettoyage. Une grosse tâche à enlever rapidement avant l’arrivée de vos invités par exemple. Sinon, n’utilisez que les méthodes naturelles ci-dessous. 1. Nettoyer une terrasse carrelée

Un filtre pour éviter les arnaques

Le compte personnel de formation ou CPF fait l’objet d’une recrudescence des tentatives de fraudes. La Caisse des dépôts, qui assure la gestion du CPF, a chiffré à 10.000 le nombre de tentatives de fraude. Pour limiter ce phénomène, la Caisse des dépôts a mis en place un nouveau service pour filtrer les formations disponibles. 

Ainsi, pour mettre au point son filtre, la Caisse des dépôts a recueilli pendant quatorze mois les données et évolutions des usagers du CPF. Dans son communiqué, la Caisse des dépôts explique : « À ce jour, près de 106.000 évaluations par des stagiaires ont été réalisées, concernant près de 39.000 actions de formation, soit 5,6% du catalogue de formations éligibles au CPF, et plus de 9.100 organismes de formation, soit près de la moitié des organismes présents sur le portail

EMPRUNTE SELON SES CAPACITÉ

Emprunter selon sa capacité financière est indispensable pour réaliser un projet auto ou tout autre projet personnel. fait partie des solutions de financement adaptées au profil du demandeur. En effet, le consommateur ne pourra y souscrire s’il ne présente pas un dossier solvable et si la demande mettrait à mal son budget mensuel. D’ailleurs, selon les recommandations en vigueur, un emprunteur ne pourra engager plus de 33 % de ses revenus mensuels dans le remboursement d’un emprunt. L’offre de crédit doit alors s’adapter au profil, mais aussi au projet du consommateur. Il est d’ailleurs possible d’avoir un aperçu de son taux d’effort réel en utilisant le simulateur de prêt accessible sur le site de l’enseigne spécialisée en crédits à la consommation.

ARNAQUE AU ACHAT CHAUSSURES

Vous cherchez à acheter des chaussures de sport (Nike, Adidas, Rebook, , ASICKS, Puma, etc) ou des vêtements. Vous tombez sur un site de ventes avec des promos. Mais ces sites sont fiables ? En effet des pirates mettent en ligne des centaines de sites de commerces de chaussures de sports, vêtements, montres et autres. Le but est soit que vous payez sans rien recevoir, soit parfois de la contre façon. Enfin cela peut aussi arriver qu’ils visent à récupérer vos données bancaires.VÉRIFIER L ADRESSE DU SITE S’ IL EST SÉCURISE AVEC HTTPS UN N° DE SIRET ET UN N° DE TELEPHONE LIER AU SITE SI IL NI A PAS CES CARACTERISTIQUES VEUILLEZ VOUS ABTENIR SI LES ADRESSES NE SONT PAS NOMINATIVE MAIS GENERIQUES MEFIER 6VOUD REGARDER AUSSI LES LIENS

FRAUDES & ARNAQUES

POUR VOTRE SÉCURITÉ CONFIDENTIELLE ET CELLE DE VOTRE COMPTE BANCAIRE :


1. Ne cliquez JAMAIS sur un lien :
 
prétendant être votre conseiller
Aucun de vos Etablissements bancaire ne vous renvoie sur une page internet qui vous demanderait vos identifiants et vos codes personnels d’accès ou toute autre information bancaire (numéros de carte bancaire ou de compte) pour vous connecter sur les sites et applications mobile.

2. Ne donnez JAMAIS vos codes à personne :

 
en aucun cas par téléphone, mail ou SMS vos codes personnels d’accès aux sites et applications mobile, codes secrets de carte bancaire, codes de validation reçus par SMS ou par notification.
 
3. Ne réalisez JAMAIS de test à la demande d’un technicien :
 
en aucun cas de valider ou d’annuler des transactions ou des remises de virements, ni d’ajouter des comptes de tiers pour faire des tests.

Bien conserver les fruits et les légumes

Première étape pour en finir avec le gaspillage alimentaire : bien conserver ces fruits. Sachez qu’il vaut mieux conserver les fruits  (et les légumes) dans un endroit sec et frais, si possible dans le noir. 

Tous les fruits et légumes ne se conservent pas au réfrigérateur. Réservez une place au frigo pour les fruits et légumes le plus mûrs que vous consommerez rapidement. Les autres fruits et légumes peuvent être conservés à température ambiante.  

N’hésitez pas à sortir les fruits et légumes de leur emballage plastique pour les disposer dans des cagettes ou sur du papier journal. Évitez de coller les fruits et légumes les uns aux autres : si un fruit s’abîme, il ne contaminera pas les autres. Pour le stockage, vous pouvez acheter (ou fabriquer un légumier) : ce meuble à étage permet de conserver les fruits et les légumes à l’abri des insectes grâce à une toile anti-moustique. 

Vous avez des bananes trop mûres et vous ne savez pas quoi en faire ? C’est le moment de tester une recette zéro déchet en vous lançant dans la réalisation d’un banana bread !
 

Faire de la confiture maison

Si vous avez des fruits trop mûrs, vous pouvez facilement les transformer en confiture. Pour cela, il vous faut autant de sucre que de fruits. Si vous avez 500 grammes de fraises, il vous faudra 500 grammes de sucre. 

Au niveau des prix, comptez 3.50€ pour 500 grammes de fraise et 0.35€ pour 500 grammes de sucre. Les prix relevés sont ceux d’Auchan Drive le 15 juillet 2020. Soit 1 kilo de confiture de fraise pour moins de 4€, une belle économie quand on voit que la confiture industrielle peut atteindre 13.52€ le kilo !  

Faire une compote

Deuxième option pour ne plus jeter les fruits trop mûrs : préparer une compote. Vous pouvez facilement la préparer à la casserole, il vous faudra juste des fruits par exemple des pommes : 1 kilo pour 1.50€, quelques cuillères de sucre, un peu d’arôme de vanille et vous aurez un kilo de pommes pour moins de 2€ !  

Les compotes industrielles peuvent atteindre les 4€ le kilo. 
Astuce Radins, si vous avez trop de compotes maison, n’hésitez pas à la stocker dans des petits bocaux au congélateur ou à en faire des conserves que vous stériliserez C’est le bon plan pour faire des économies tout en profitant des bienfaits des fruits. 

BON A SAVOIR

Certains fruits ne doivent pas être consommés s’ils sont trop murs. C’est notamment le cas de l’ananas et du kiwi qui contiennent de l’histamine. Cette substance peut provoquer des allergies allant de l’uricaire au choc anaphylactique chez les personnes sensibles. Chez les enfants, il est recommandé de ne pas donner ces fruits avant l’âge d’un an pour éviter toute relation allergique.  

 achetez uniquement les quantités dont vous avez besoin en faisant attention aux dates de péremption, optimisez bien la conservation … Ces petites astuces vous permettront de faire de belles économies sur votre budget courses !


si cet article vous à plus n’hésiter pas à cliquer sur j aime et mettre un commentaire