Banque : quelles différences entre compte individuel, compte joint et compte indivis ?

Vous souhaitez ouvrir un compte en banque ? Savez-vous quel type de compte convient le mieux à vos besoins ? Explications sur le compte individuel, compte joint ou compte indivis.

Compte individuel, compte joint, compte indivis : qu’est-ce que c’est ?

Compte individuel

Le compte individuel appartient à une seule personne. Les opérations (retrait, dépôt…) ne peuvent être effectuées que par le titulaire du compte, sauf s’il donne procuration à une autre personne.

Compte joint

Le compte joint est un compte bancaire appartenant à plusieurs cotitulaires. Les opérations (retrait, dépôt…) peuvent être effectués par chacun des cotitulaires. Un compte joint peut être transformé en compte indivis à la demande d’un des cotitulaires

Compte indivis

Compte individuel, compte joint, compte indivis : quelles différences ?

 Compte individuelCompte jointCompte indivis ou compte en indivision
Quel type de compte peut être ouvert ?N’importe quel type de compte peut être ouvert en compte individuel :compte courantlivrets d’épargne réglementés (livret A, LDDS, LEP, livret jeune, CEL, PEL)livret d’épargne bancairecompte à termecompte-titreplan épargne en actions (PEA)Les comptes pouvant être ouverts sous la forme d’un compte joint sont :compte courantlivret d’épargne bancairecompte à termecompte-titreLes comptes ne pouvant pas être ouverts sous forme jointe sont : livrets d’épargne réglementés ( livret A, LDDS, LEP, livret jeune, CEL, PEL)plan épargne en actions (PEA)Les comptes pouvant être ouverts sous la forme d’un compte indivis sont :compte courantcompte-titreLes comptes ne pouvant pas être ouverts sous forme indivise sont : 

Victimes d’arnaques : comment mener une action collective ?

Vous venez de vous rendre compte que vous vous êtes fait avoir et vous l’avez plutôt mauvaise… Mais vous vous rendez bientôt compte que vous n’êtes pas seul à vous êtes fait prendre par le même escroc. Dès lors, vous commencez à vous dire : « et si on se regroupait pour mener une action contre lui ? ». L’idée est bonne, mais comme c’est loin d’être simple, on vous a préparé un petit mode d’emploi !

Quelles actions peut-on mener en commun ?

Pour faire pression contre un individu ou une société indélicate, il y a plusieurs niveaux d’action possibles :

  • constituer un collectif pour rassembler des informations et tenter de négocier sans passer par la case justice
  • alerter les organismes de régulation (DGCCRF pour la consommation, AMF pour les investissements, etc…) pour faire en sorte que des investigations soient lancées
  • contacter une association de victimes ou de consommateurs
  • envoyer des plaintes de manière concertée
  • faire en sorte que l’affaire soit connue auprès des médias

L’action de groupe via une association de consommateurs, fausse bonne idée ?

C’est l’action qui peut sembler la plus évidente à première vue pour un groupe de victimes. Mais c’est malheureusement dans les faits rarement la bonne. Inscrite dans le droit français depuis 2014, l’action de groupe « à la française » a pour le moment eu très peu de résultats tangibles. Ce mode d’action exige l’entremise de certaines associations de consommateurs et s’avère dans les faits, assez restrictif.

Conséquences : très peu d’actions sont effectivement lancées par ce biais et avec un taux de réussite loin de faire rêver. Ce ne sera donc probablement pas la voie à prendre pour la plupart des victimes d’escroqueries répertoriées sur Signal Arnaques.

Regrouper les informations

Dans la bataille que vous allez entamer contre votre escroc, disposer des bonnes informations fera souvent pencher la balance de votre côté. Pour cela, partagez autant que possible les éléments collectés entre victimes : les preuves d’achat, les copies d’écran, les messages reçus, etc.. Ces éléments permettront de prouver le caractère répétitif de l’escroquerie (et non l’éventualité d’un « problème isolé » comme pourrait le plaider votre arnaqueur), les incohérences de votre interlocuteur et les manquements à la loi les plus évidents.

D’un point de vue pratique, nous vous conseillons d’utiliser un système de partages de documents en ligne (comme Google Drive ou Dropbox) en étant vigilant sur le paramétrage de leur niveau d’accès et l’organisation des principaux dossiers.

Faire bouger les autorités de régulation

Parallèlement à vos autres actions, contacter certaines autorités de régulation est une opération simple qui peut s’avérer payante. En effet, celles-ci disposent de pouvoirs et de services spécialisés qui pourront faire avancer votre affaire de manière décisive. Pour maximiser vos chances, ciblez un service en particulier et demandez à chaque victime de faire un signalement. Cette répétition auprès d’un même interlocuteur rendra plus probable la prise en compte de votre démarche.

Mais quelle autorité contacter ?

  • La DGCCRF (répression des fraudes), s’il s’agit d’une vente frauduleuse par un professionnel de l’Union Européenne. Pour cela contacter la DDPP (Direction Départementale de Protection des Populations) la plus proche du siège de la société qui a fait la vente. Vous pouvez consulter l’annuaire des différentes DDPP ici. Si le professionnel n’est pas en France, il est possible de demander à la DREETS de votre région de transmettre votre dossier à l’organisme européen correspondant (CEC).
  • Le réseau RICPC via son site https://www.econsumer.gov/ pour les vendeurs situés hors Union Européenne
  • L’AMF (Autorité des Marchés Financiers), s’il s’agit d’une arnaque d’investissement.
  • L’ANJ (Autorité Nationale des Jeux) s’il s’agit d’une arnaque liée aux jeux ou aux paris sportifs

L’action en justice conjointe

A la différence d’une action de groupe, l’action conjointe consiste à faire individuellement la même action en justice pour chaque membre du collectif qui y participe. Pour une affaire pénale (une escroquerie relève en principe du pénal…), cela consiste à déposer plainte de manière synchronisée auprès d’un même procureur.

Pour une action civile (qui peut parfois se cumuler au pénal), cela signifie d’assigner la personne ou l’entreprise de manière séparée par chaque victime.

L’avantage de ces actions conjointes est qu’elles augmentent considérablement les chances de prise en compte des plaintes par les procureurs. Et pour cause : les faits sont mieux définisle préjudice est plus élevé, les arguments présentés plus étayés.

L’autre atout moins évident est que cela permet de mutualiser une partie des coûts juridiques liés à ces différentes actions.

Faire parler de son affaire !

Plus on parle de votre affaire, plus vous augmentez la probabilité de voir d’autres victimes se joindre à vous.

La première chose à faire pour rendre visible votre escroquerie est de la signaler sur Signal Arnaques ou de contribuer à un signalement s’il existe déjà. Partagez ce signalement et rendez votre histoire visible sur les réseaux sociaux. Encouragez les autres victimes à venir témoigner à leur tour.

Astuce si vous déposez un signalement : Plus votre signalement comporte d'informations factuelles et de détails, mieux il est référencé par les moteurs de recherches et plus vous augmentez les chances de voir des victimes vous rejoindre !

Les signalements les plus vus sur Signal-Arnaques attirent l’attention des média et des autorités. Cependant, rien ne vous empêche de les contacter de votre côté. Nous relayons régulièrement des appels à témoins de la part de médias nationaux. Suivez-nous sur Facebook ou Twitter pour ne pas manquer les prochains.

Comment s’organiser ?

Signal-Arnaques a mis récemment à votre disposition la possibilité de créer un groupe privé à partir d’un signalement que vous avez créé. Pour créer ou rejoindre un groupe existant, suivez ce guide : Comment créer un groupe dans Signal-Arnaques ?

Je bricole des choses sur le web depuis la création de ma première société en 2004. Je fais partie de l’aventure Signal Arnaques (mais aussi Scamdoc et Scampredictor) depuis ses débuts, en particulier pour m’occuper des aspects techniques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentaire

Nom *

E-mail *

Les 6 principales Arnaques qui ciblent les Entreprises

Vous venez de créer votre première entreprise ? Félicitations, mais ne vous réjouissez pas trop vite : sans le savoir, vous venez de rentrer dans le collimateur d’escrocs qui disposent d’une panoplie d’arnaques spécialement conçues pour vous. Ils vont jouer sur votre manque d’expérience pour tenter de vider votre compte en banque. Dans cet article, on vous expose les 6 arnaques qui vous guettent de manière à ne pas tomber dans un de ces pièges que vous rencontrerez tôt ou tard.

On ne va pas se mentir, créer une entreprise n’est pas toujours une mince affaire. Que ce soit du côté des banques ou de l’administration, il y a toujours quelques surprises qui peuvent parfois décourager. Les escrocs l’ont parfaitement compris et n’hésitent pas à utiliser les ambiguïtés naturelles des démarches administratives pour rendre leurs arnaques

Dans cet article, nous avons retenu les 6 types d’arnaques qui ciblent les sociétés françaises et qu’il faut impérativement connaître ! Commençons par la plus populaire…

1. L’enregistrement dans un annuaire : le grand classique

Cette première arnaque cible principalement les entreprises nouvellement créées.

Peu de temps après l’inscription de votre société au registre du commerce, vous recevez un mystérieux courrier postal vous invitant à vous enregistrer… Vous enregistrer à quoi ? Difficile à dire aux premiers abords mais tous les ingrédients suivants y sont généralement présent :

  • Le document est transmis par la voie postale. Nous nous méfions naturellement des courriels et beaucoup moins des courriers qui arrivent physiquement par La Poste.
  • Les couleurs du drapeau français, laissant sous-entendre que les autorités en seraient à l’origine.
  • Une date limite : les arnaques fonctionnent mieux quand la personne visée est mise sous pression.
  • Un montant raisonnable à payer par chèque : le fait que la demande soit cohérente avec les autres frais du même genre (quelques centaines d’euros) et que le moyen de paiement soit traçable permet de réduire naturellement la méfiance.
  • Les coordonnées de votre société y sont clairement rappelées.
  • L’adresse pour renvoyer le chèque est clairement identifiée.

Si vous cherchez un peu, vous trouvez un simili contrat caché : soit au dos, soit écrit en tout petit dans un coin. Dans la majorité des cas, c’est l’inscription à un annuaire qui est relatée. Inutile de préciser que soit l’annuaire en question n’existe pas, soit il est parfaitement inconnu et donc que cela ne vous apportera pour ainsi dire rien.

En pratique, voilà à quoi ça ressemble :

Courrier reçu par une jeune entreprise pour s’inscrire dans un annuaire (Cliquez sur l’image pour obtenir plus de détails)

Cette arnaque se décline même en d’autres versions…

Inscription dans un annuaire suite au dépôt d’une marque (Source : Depot-de-marque.com)

Ce type d’arnaque a tellement pris de l’ampleur ces dernières années que la DGCCRF y a consacré un article.

2. Les mises en conformité légales : Tout le monde s’y perd, sauf les escrocs…

La loi évolue très vite et sauf pour les entrepreneurs qui s’y intéressent de près, elle est plutôt difficile à suivre… Les escrocs et autres opportunistes aiment surfer sur les nouvelles réglementations et les ambiguïtés qu’elles suscitent.

A ce titre, la moindre évolution législative est un nouveau prétexte pour tendre un piège aux entrepreneurs. Certains n’hésitent pas à vous vendre des pseudo-services à prix d’or même lorsque l’Etat les proposent gratuitement ou presque.

Dans le palmarès des arnaques aux démarches administratives qui ciblent les sociétés, on retrouve donc essentiellement 2 thématiques :

  • les mises en conformité ADAP (Accès publics aux handicapés)
  • les mises aux normes RGPD

L’arnaque au RGPD est devenue tellement populaire que même la CNIL s’offusque des usurpations d’identité qui la concerne.

3. L’appel à cotisations : Toujours aussi efficace

Cette seconde arnaque cible toutes les sociétés et pas uniquement les plus jeunes. Elle cible les entreprises françaises qui ne seraient pas à l’aise avec les histoires de comptabilité : vous recevez un mail qui usurpe l’identité de l’ACPR (organisme dépendant de la Banque de France) qui vous indique que vous devez cotiser au mécanisme de garantie des dépôts.

Cela ne vous parle pas ? Pas de soucis, les escrocs vous rappellent l’article de loi en question histoire de vous retourner le cerveau.

Voici à quoi l’arnaque ressemble :

Arnaque à l’effigie de la Banque de France

Le logoles rappels d’articles de loi, l’usurpation de l’identité du secrétaire de l’ACPR… Tout y est pour donner de la crédibilité à ce courrier. Ce que l’on ne voit pas ici, c’est que l’adresse de réponse n’a rien à voir avec l’ACPR : si vous initiez l’échange, c’est directement avec un escroc que vous échangerez.

4. La fausse facture : PME et ETI prises pour cibles

Quand une entreprise grandit, les tâches administratives qui lui incombent sont divisées, spécialisées et réparties au travers de plusieurs services internes.

Cette particularité tend à réduire la qualité des échanges entre les différents services. C’est là-dessus que s’appuient certains escrocs en soumettant des factures au service des achats. Ils espèrent que ce dernier règlera la facture sans concerter les autres services liés aux projets de l’entreprise (DSI, MOA…).

Cet exemple a généré un nombre élevé de recherches sur Signal-Arnaques : Une société appelée « Office PRO » a transmis par courrier des factures pour un logiciel informatique de type CRM. Le montant réclamé ? Juste 8640 €…

Facture frauduleuse reçue par une société française

5. L’arnaque au président : l’usurpation d’identité par excellence

Nous en avions déjà parlé lors d’un précédent article qui lui était dédiée : « l’arnaque au président » est incontestablement la reine des usurpations d’identité.

Il s’agit d’une arnaque qui vise essentiellement les grosses structures et qui peut prendre plusieurs formes.

L’idée est simple : un escroc se fait passer pour un membre ou un partenaire de la société (son dirigeant, un fournisseur influent, un salarié disposant de responsabilités…), prend contact avec une personne disposant d’accès aux comptes de la société et organise des virements vers l’étranger. On appelle cela communément une arnaque au FOVI (faux ordres de virements).

Les techniques pour arriver à ces fins sont diverses mais s’appuient communément sur ce que l’on nomme l’ingénierie sociale (manipulations) : isolement du salarié, mise en confiance, création d’un sentiment d’urgence…

6. Le Ransomware : le risque informatique omniprésent

Si on suit l’actualité de l’informatique et plus précisément de la cybercriminalité liée aux sociétés, on connait forcément cette arnaque qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Le scénario est le suivant : un pirate ou un virus pénètre le système informatique de la société et chiffre l’ensemble de ses données. Celles-ci sont dès lors illisibles, sauf pour le pirate qui détient la clé de déchiffrement. Ainsi attaquée, la société n’est plus en mesure de travailler et d’exploiter ses données… qui d’ailleurs représentent à elles-seules, une partie de sa valeur.

Suite à cela, le pirate ou plutôt « le groupe de hackers » prend contact avec la société et propose de rétablir l’accès aux données sous réserve du paiement d’une rançon.

Bref, c’est le grand banditisme transposé au monde cyber.

Quelques conseils pour finir…

Avant de vous quitter, je me permets de rappeler quelques précautions simples pour éviter la majorité des arnaques sur internet. N’hésitez pas à partager cette petite liste avec vos collaborateurs si vous représentez une entreprise.

  1. Au moindre doute, faites des recherches sur un moteur de recherche
  2. Ne cliquez pas dans les mails suspects et n’ouvrez pas surtout pas leurs pièces jointes.
  3. Si vous découvrez une arnaque, signalez-là sans tarder pour informer un maximum de monde.
  4. Si vous êtes victimes d’une arnaque qui met en danger la santé financière de votre entreprise, rapprochez-vous de Cybermalveillance. Il s’agit d’un organisme lié à l’Etat qui peut vous assister.

Voilà, je pense que nous avons fait le tour des principales arnaques qui ciblent les entreprises françaises. Si vous pensez que j’en ai oublié, n’hésitez pas en parler dans les commentaires de cet article !

Fondateur du site Signal-Arnaques, j’aime partager mes connaissances sur les arnaques d’internet et donner des conseils aux consommateurs afin qu’ils se protègent.

Je suis convaincu que la lutte contre les arnaques doit passer par une collaboration Communauté humaine / Intelligence artificielle.

6 grandes astuces pour déboucher un évier

Ouvrir le robinet et voir le niveau d’eau monter dans le fond de l’évier au lieu de s’évacuer comme il devrait… Qui n’en a jamais fait l’amère expérience ? Grâce à nos trucs et astuces, débouchez en un éclair vos conduits d’évacuation et devenez le roi du système D, sans rien dépenser ou presque !Sommaire du guide

1. Nettoyer votre siphon

Même si vous éliminez un maximum de résidus alimentaires dans vos plats et assiettes avant de les rincer, il en restera toujours une partie qui passera directement dans la tuyauterie. La graisse, les cheveux ou encore le savon peuvent également provoquer des bouchons. Le problème, c’est qu’avec le temps, tout ce petit monde a tendance à venir s’accumuler dans le siphon, ce qui empêche l’eau de bien s’évacuer. D’où l’intérêt de le nettoyer régulièrement. La bonne cadence ? Une fois par an, pour éviter la formation de bouchons !

Conseil : vérifiez l’état des joints

Tant qu’à faire, autant en profiter pour les changer s’ils sont usés. Cela vous évitera la fuite !

Pour commencer, placez un seau sous l’évier (il serait dommage d’inonder votre cuisine ou salle de bains). Ensuite, démontez votre siphon. Pour ce faire, rien de plus simple : dévissez les deux écrous qui le relient à l’évier et au tuyau d’évacuation, en vous aidant si besoin d’une pince multiprise. Jetez les résidus accumulés puis rincez le siphon sous un jet d’eau assez puissant. Passez si nécessaire un goupillon pour décoller les résidus tenaces. Replacez votre siphon. L’opération est terminée ! Actionnez le robinet pour vérifier que l’eau s’écoule bien. Si ce n’est pas le cas, c’est que le bouchon s’est formé ailleurs. Vous devrez alors user d’autres astuces pour l’éliminer. Rassurez-vous, ce n’est pas ce qui manque…

2. Recourir aux remèdes de grand-mère (3 solutions)

Vous pouvez essayer de dissoudre le bouchon en versant dans votre évier un mélange de gros sel et de bicarbonate de soude (200 g chacun), auquel vous aurez ajouté 200 ml de vinaigre blanc. Cela fonctionne aussi avec de l’eau bouillante seule ou additionnée de cristaux de soude, à raison d’un litre pour une tasse. Autre solution : le marc de café et l’eau chaude. À titre préventif, pensez désormais à le jeter automatiquement dans votre évier plutôt qu’à la poubelle ! Le plus ? Ces astuces de grand-mère vous permettront par la même occasion de désodoriser vos canalisations.

3. Utiliser une ventouse

Classiquement utilisée pour déboucher les toilettes, la ventouse prouve aussi son efficacité en cas d’évier bouché. Son utilisation est très simple : positionnez-la dans le trou d’écoulement, appuyez en maintenant fermement le manche, puis abaissez-la pour faire pression et relevez-la aussitôt. Effectuez ce geste plusieurs fois de suite pour faire progressivement remonter le bouchon.

Bon à savoir : sinon, il reste l’option de la bouteille en plastique

Vous ne possédez pas de ventouse ? Qu’à cela ne tienne ! Si vous avez une bouteille en plastique souple sous la main, mettez-la à contribution. Découpez-en le fond et procédez comme avec la ventouse, en prenant soin de laisser le bouchon vissé dessus pour maintenir le vide d’air.

4. Transformer un cintre en furet déboucheur

Acheter un furet déboucheur ? Quelle idée ! Servez-vous d’un simple cintre en métal que vous détournerez comme tel ! À l’aide d’une pince coupante, il vous suffit de le sectionner d’un côté (sur la partie haute, en dessous du crochet de suspension), de le tordre de manière à obtenir une tige, puis à plier le bout de la tige pour former un crochet qui servira à attraper les résidus indésirables. Introduisez ensuite votre furet déboucheur fait maison à travers la bonde, en n’hésitant pas à le tourner pour permettre aux résidus de s’enrouler autour (on pense notamment aux cheveux).

5. Vous servir d’un aspirateur sec humide

Comme son nom l’indique, l’aspirateur sec humide vous permet d’aspirer à la fois des éléments solides et liquides. Il tombe donc à point nommé dans votre cas ! Si vous en avez un, n’hésitez pas à l’insérer dans vos canalisations afin d’attirer le bouchon en surface. Faites tout de même attention à ne pas vous électrocuter en éloignant bien le fil électrique de la source d’eau.

6. Dérouler votre tuyau d’arrosage

Vous avez bien lu ! Si le problème persiste malgré les tentatives précédentes, essayez au contraire de repousser le bouchon à l’aide d’un tuyau d’arrosage. Suffisamment souple pour se faufiler dans les tuyaux, mais assez rigide pour faire le travail, il pourrait bien vous sauver !

Avec tous ces conseils, c’est sûr, vous n’aurez plus à dépenser une fortune en faisant intervenir un plombier. Vous aurez en plus la satisfaction d’avoir résolu vous-même le problème, sans recourir à des produits chimiques coûteux et mauvais pour l’environnement !A

Ce que le futur projet de loi de finances va changer pour les ménages

Le nouveau projet de loi de finances du gouvernement, pour l’année 2022, est examiné par l’Assemblée nationale. Il comporte plusieurs évolutions qui vont impacter les ménages au cours de l’année prochaine.ImpotsLes tranches de l’impôt sur le revenu vont être rehaussées de 1,4%.

Des dépenses qui augmentent

L’un des exercices les plus délicats pour le gouvernement a débuté. Depuis lundi 11 octobre dernier, l’Assemblée nationale se penche sur le futur projet de loi de finances. Il porte bien évidemment sur l’année 2022. Et à la différence des précédents projets de loi, il se caractérise par une importante hausse des dépenses pour les pouvoirs publics. La conséquence bien évidemment de la crise sanitaire et économique causée par le Covid-19.

Ce projet de loi se base bien évidemment sur les estimations économiques, et notamment celle de la croissance pour l’année en cours et l’année prochaine. Pour 2021, la croissance est estimée à 6%, contre 4% l’année prochaine. Des estimations meilleures que prévu pour le gouvernement qui y voit une embellie de la situation économique, tout en restant prudents quant à ce que peut réserver l’avenir.

L’impôt sur le revenu en baisse pour les ménages

Ce texte va néanmoins avoir des conséquences sur les finances des ménages. Ainsi, les tranches du barème de l’impôt sur le revenu devraient être revalorisées de 1,4%, ce qui occasionnera une baisse mécanique de l’impôt pour les ménages, neutralisant ainsi les effets de l’inflation. Il faut également noter la poursuite de l’exonération de la taxe d’habitation qui devrait totalement disparaître en 2023.

On notera également la reconduction pour l’année prochaine du dispositif Pass’Sport. Une allocation de 50 € par enfant versée sous condition de ressources pour favoriser l’accès des jeunes au sport. Mais aussi l’augmentation des bourses universitaires, de 1%, et l’élargissement du Service national universel à 50.000 jeunes supplémentaires âgés de 15 à 17 ans.

t

Le prix du gazole au plus haut

C’est un record historique, le gazole n’a jamais été aussi cher à la pompe. Il se vend désormais à 1,53 euros le litre. Le litre de gazole se vend à plus de 1,53 euro en moyenne.

Le prix du gazole s’envole

Alors que le précédent record datait de 2018, il vient d’être battu. D’après les informations du ministère de la Transition écologique publiées lundi 11 octobre 2021, le prix du gazole s’affiche désormais à 1,5354 euro en moyenne la semaine dernière dans les stations essence de l’Hexagone. La faute aux fluctuations des cours du pétrole qui ont une incidence sur les prix à la pompe. Le baril de Brent s’échange à plus de 82 dollars depuis la semaine dernière. 

Le prix du gazole avait également atteint des sommets au début de la crise des gilets jaunes en octobre 2018. Ces derniers jours, le prix du gazole s’est envolé, progressant de 28% sur un an, période à laquelle les cours du pétrole chutaient du fait de la crise sanitaire. 

Le budget des Français les plus modestes impacté

Alors que les ménages vont déjà devoir faire face à une facture énergétique plutôt salée cet hiver, malgré les aides de l’État, vont-ils également voir leurs dépenses en carburant augmenter ? Les plus pauvres seront impactés selon Les Echos qui reprend les données d’une étude de la Chaire Économie du Climat de l’Université Paris Dauphine : « Les dépenses de carburants n’absorbent que 3% du revenu des 10% de foyers les plus aisés, mais près de 10% des ressources des 10% de familles les plus modestes qui possèdent un véhicule ».

Les automobilistes devront prendre leur mal en patience et ruser d’ingéniosité en réduisant leur vitesse ou en optant pour d’autres moyens de transport. Il est d’ailleurs peut-être temps de se tourner vers d’autres alternatives comme la voiture électrique. 

8 astuces pour améliorer sa connexion Wi-Fi

Votre connexion Wi-Fi n’a jamais été aussi sollicitée qu’actuellement. Entre votre activité professionnelle en télétravail, vos recherches personnelles, les services de vidéo à la demande et les jeux vidéo des enfants, le réseau est soumis à rude épreuve. Et parfois, des lenteurs peuvent survenir. Afin d’éviter ces désagréments et de profiter d’une connexion de qualité à n’importe quel moment de la journée, ces 8 petits conseils peuvent vous aider.Sommaire du guide

Astuce numéro 1 : trouver la place idéale pour sa box

La plupart des foyers équipés d’une box Internet cherchent à la cacher dans un meuble ou un placard. Peu esthétique, elle n’est que rarement mise en avant dans un logement. Pour offrir une puissance maximale, elle devrait pourtant trouver sa place au cœur de la maison ou de l’appartement. Le réseau pourrait alors se déployer équitablement dans toutes les directions et donc dans toutes les pièces. Vous pouvez également positionner votre modem à proximité de l’appareil qui l’utilise le plus. Vous profiterez ainsi de toute sa puissance.

Astuce numéro 2 : personnalisez les paramètres de votre box

Comme tout dispositif électronique, votre box peut nécessiter un redémarrage régulier. C’est le premier geste à effectuer si vous observez des dysfonctionnements. Si rien ne change, pensez à contrôler les différents paramètres de votre routeur. Il vous suffit pour cela de vous rendre sur votre ordinateur et d’accéder à la page web de gestion de l’appareil. Cette dernière vous est toujours communiquée par votre fournisseur Internet dans les documents qui accompagnent votre box. Vérifiez alors que chaque case Wi-Fi est bien activée et qu’aucun problème n’est détecté.

Astuce numéro 3 : répartissez la bande passante

Votre box Wi-Fi, pour diffuser son réseau, utilise de la bande passante. Sachez que tous les appareils connectés vont spontanément en récupérer une partie, même s’ils sont en veille. Pour booster la puissance du réseau sur l’appareil qui vous intéresse, il vous est possible de répartir cette puissance sur lui seul. Pour cela, limitez la bande passante des autres appareils grâce à des logiciels spécialisés. Vous pouvez également désactiver la recherche automatique de réseaux sur votre ordinateur et couper le Wi-Fi des appareils que vous n’utilisez pas et qui sont actuellement en veille.

Astuce numéro 4 : sécurisez votre réseau Wi-Fi

Lorsque plusieurs personnes se servent du même réseau, ce dernier perd inévitablement en puissance. C’est peut-être votre cas si vous habitez en ville et que vous n’avez pas sécurisé votre Wi-Fi avec un mot de passe. Accessible à toutes les personnes vivant à proximité, votre réseau peut alors souffrir d’une trop forte fréquentation et perdre en intensité pendant que vous l’utilisez.

Astuce numéro 5 : équipez-vous d’un répéteur

Aussi appelé amplificateur Wi-Fi, cet appareil permet de booster la puissance de votre réseau. Il est donc particulièrement utile lorsque ce dernier est peu puissant ou quand votre logement est très vaste. Comptez entre 15 et 100 euros selon les modèles et la puissance souhaitée. Sorte de boîte avec des antennes, il s’installe dans un endroit stratégique de la maison et donne la possibilité de couvrir toute votre habitation, y compris le jardin si la puissance est suffisante.

Astuce numéro 6 : choisissez le meilleur Wi-Fi

Beaucoup l’ignorent, mais votre box Internet (essentiellement les plus récentes) propose deux types de réseaux Wi-Fi, qu’il vous suffit de sélectionner depuis votre appareil :

  • Un réseau à 5 GHz puissant, avec un débit élevé et qui permet de limiter la présence d’interférences avec d’autres appareils connectés et électroniques. C’est le réseau idéal si la surface à couvrir est grande et que vous êtes plusieurs à utiliser le même Wi-Fi.
  • Et un réseau à 2,4 GHz dont la portée est plus courte. Il est plutôt réservé à une consommation à proximité.

Astuce numéro 7 : utilisez le bon canal

Vous le savez désormais, pour se diffuser, le réseau Wi-Fi utilise une bande passante. Cette dernière se caractérise par une fréquence spécifique à chaque appareil. Si deux d’entre eux empruntent la même, les ennuis commencent et les ralentissements peuvent se faire sentir. C’est par exemple le cas entre votre Wi-Fi et votre micro-onde, etc. En changeant simplement le canal de votre réseau Wi-Fi depuis l’interface web de votre routeur, vous pouvez améliorer les choses.

Astuce numéro 8 : soyez attentif au bon état de votre box Wi-Fi

Comme tous les appareils électroniques, ce petit boîtier reste fragile. Il est sensible aux changements de températures, aux chocs, aux variations de puissance électrique, etc. Pour assurer son bon fonctionnement, il est donc conseillé d’en prendre soin. Protégez-le par exemple des fortes températures lors de vagues de canicule en le débranchant lorsque vous n’utilisez pas le réseau Wi-Fi. Branchez-le directement sur une prise électrique plutôt que sur une multiprise pour booster sa puissance et éviter les courts-circuits. Enfin, protégez-le, comme vos autres appareils, d’un risque de surtension lié à la foudre notamment.

Comment acheter un ordinateur portable reconditionné ?

Alors que nous cherchons tous à acheter malin tout en respectant l’environnement, de nouveaux réflexes de consommation s’installent. Pour profiter d’un équipement comme neuf sans payer le prix fort, le marché des appareils reconditionnés s’impose comme un incontournable. Le high-tech n’échappe pas à cette tendance qui vous permettra de faire de nombreuses affaires intéressantes. Pour un usage personnel ou professionnel, voici nos conseils avant d’acheter un ordinateur portable reconditionné.Sommaire du guide

Qu’est-ce qu’un ordinateur portable reconditionné

Acheter un ordinateur portable reconditionné, c’est s’offrir un appareil quasi neuf au prix réduit en moyenne de 30 %. Portables ouverts puis renvoyés durant le délai de rétractation, matériel décevant pour le consommateur ou batterie défaillante : l’ordinateur reconditionné a connu une première vie plus ou moins longue. Avant de retourner sur le marché, il est complètement restauré. Les composants montrant des signes de faiblesse sont changés et les pièces endommagées remplacées : c’est donc un appareil immaculé tout en conservant ses performances originelles qui vous est vendu. Lorsque quelques défauts subsistent, ils sont mentionnés dans la fiche descriptive et font baisser le prix.

Non seulement le reconditionnement permet de recycler de nombreux matériaux et de lutter contre le gaspillage, mais il va également vous permettre de mettre la main sur un ordinateur portable dernier cri à moindres frais. En effet, l’un des avantages de ces machines est que l’on y retrouve un large éventail de marques, du modèle ancien à la dernière avancée technologique, à prix cassé.

Bon à savoir : ne confondez pas d’occasion et reconditionné

Acheter un ordinateur portable reconditionné est bien plus avantageux que d’investir dans un modèle d’occasion. En effet, en choisissant bien votre site, vous avez l’assurance de vous offrir un ordinateur portable sérieusement vérifié et qui fonctionne parfaitement. Avec un laptop d’occasion, même si le prix est souvent un peu plus bas, rien ne vous garantit que vous n’aurez pas de mauvaise surprise.

Votre check-list pour choisir le bon portable reconditionné

Pour acheter l’ordinateur portable reconditionné qui correspond parfaitement à vos besoins et ainsi payer le prix juste pour votre matériel informatique, penchez-vous sur les points suivants :

La taille de l’écran

Du poids plume extra fin (12 à 13 pouces), au portable classique (14 pouces) en passant par un modèle à l’écran généreux (15 à 17 pouces) : choisissez un ordinateur reconditionné parfaitement adapté à vos besoins de déplacement et au confort souhaité. Plus l’écran est petit, plus le prix sera raisonnable.

Les connectiques

Pour vous brancher à un vidéoprojecteur, un autre écran ou une télévision : vous pourrez avoir besoin de bien plus que quelques ports USB. Avant de faire votre choix, vérifiez quelles sont les connexions offertes par votre ordinateur portable et assurez-vous qu’elles correspondent à vos besoins.

Le processeur

Plus il sera récent, plus il vous permettra d’accomplir des missions exigeantes (jeu, conception 3D, traitement de vidéos). Si vous ne recherchez un ordinateur que pour effectuer quelques tâches de bureautique, vous pouvez vous permettre de prendre un modèle avec un processeur plus ancien et acheter ainsi un PC portable reconditionné pas cher.

Le disque dur

Véritable cœur de votre laptop, le disque dur permet aussi bien de stocker votre système d’exploitation que vos documents. Plus votre disque dur offrira d’espace de stockage, plus il fera augmenter le prix de votre portable. La technologie utilisée entrera également en compte dans le montant de votre ordinateur. Vous aurez le choix entre le HDD, qui permet une écriture et une lecture des informations inscrites, ou le SSD.

Ce dernier est le plus récent et son mode de fonctionnement s’apparente à celui d’une clé USB. Il est rapide et robuste, mais plus cher que le SDD. Cependant, l’investissement en vaut la peine puisque sa durée de vie est estimée à 10 ans (contre 3 à 5 ans pour un disque dur HDD) et sa consommation d’énergie est faible. Détail qui a son importance quand on travaille avec son laptop sur les genoux : le SDD chauffe beaucoup moins que le HDD.

La mémoire vive

On l’appelle aussi la RAM. C’est elle qui permet à votre ordinateur d’être réactif et efficace quand vous lui demandez de faire plusieurs choses à la fois ou quand vous utilisez un logiciel gourmand. En règle générale, ne descendez jamais sous les 4 Go de RAM sous peine de vous retrouver avec un PC reconditionné très lent. Si votre ordinateur portable est muni d’un processeur assez récent, alors 8 Go de mémoire vive peuvent suffire. Pour les dernières générations ou pour un ordinateur de gaming, achetez un portable avec au minimum 16 Go de RAM.

Le système d’exploitation

C’est ce qui fait fonctionner votre ordinateur. Le plus connu est Windows, dont on trouve encore les versions 7 et 8, et la dernière, la 10. Elle est elle-même déclinée en éditions familiale, professionnelle, entreprise et éducation. Les ordinateurs Apple seront, eux, dotés d’un système d’exploitation macOS.

La garantie

Si vous décidez d’acheter un ordinateur portable reconditionné, vous bénéficiez bien entendu du délai de rétractation de 14 jours pour renvoyer votre machine et être remboursé. La garantie légale de conformité couvrant les pannes, les dysfonctionnements ou le caractère limité des performances est de 6 mois, mais certains sites la prolongent. Avant de faire votre achat, vérifiez donc le délai de garantie qui l’accompagne, car il peut fortement varier selon les machines. Comme pour un produit neuf, la garantie des vices cachés est de 24 mois.

Bon à savoir : où acheter un ordinateur portable reconditionné ?

Pour être sûr de faire une bonne affaire en achetant un portable reconditionné, mieux vaut le faire sur un site de confiance. En la matière, Back Market, reBuy, Trade Discount et les offres reconditionnées d’Amazon jouissent d’une très bonne réputation. Les aficionados d’Apple pourront, eux, s’approvisionner directement sur le site de la marque qui consacre une rubrique à ses produits reconditionnés.

Acheter un ordinateur portable reconditionné présente bien des avantages. Non seulement l’offre est vaste et vous pourrez trouver un laptop taillé pour vos besoins, mais vous profiterez en plus d’une machine comme neuve au prix d’un modèle d’occasion. Et, en prime, vous ferez un geste pour la planète ! Pourquoi hésiter plus longtemps ?

Dans cette épicerie, des caméras ont remplacé les caisses

Plus de caisse physique. Ni même de caisse automatique. Une supérette Auchan, inaugurée à Roubaix, a innové avec l’installation de caméras qui enregistrent tous les achats des clients.Cette supérette a été développée en partenariat avec les étudiants de l »Edhec.

Pas de caisses, que des caméras

Gagner du temps. Toujours gagner plus de temps. Dans la supérette Auchan Go, inaugurée vendredi 8 octobre dernier à Roubaix, cela semble être le leitmotiv du moment. Cette supérette, installée sur le campus de l’Edhec, une prestigieuse école de commerce, a une particularité tout à fait singulière : on n’y trouve pas de caisses. Qu’elles soient physiques ou automatiques. Là-bas, ce sont les caméras qui font tout le boulot.

Au total, ce sont pas moins de 28 caméras qui ont été installées dans la supérette, d’une superficie de 38m2. Pour pouvoir y faire ses courses, il faut au préalable télécharger l’application mobile dédiée, et utiliser cette application pour scanner le QR code de la supérette. Une fois cela fait, vous êtes épié ! Cette technique, qui permet d’indiquer au système que vous êtes entré dans la supérette, active les caméras qui analysent vos moindres faits et gestes.

Pas de reconnaissance faciale

Ces caméras sont ainsi capables de repérer quel produit vous mettez dans votre panier, et de rallonger au fur et à mesure votre ticket de caisse. Une fois vos courses faites, vous n’avez plus qu’à sortir de la supérette et le tour est joué. Pour les petits malins qui compteraient partir sans payer, c’est impossible. Comme vous êtes enregistré comme client, l’application envoie une notification avec le ticket de caisse et le montant de vos courses.

Vous êtes donc prélevés directement du montant indiqué sur la notification. Développé en partenariat avec les étudiants du campus de l’Edhec, ce système se veut également sécurisé. Il n’utilise pas la reconnaissance faciale, et aucun stockage des images n’est effectué. Auchan compte par ailleurs pouvoir le développer dans d’autres lieux semi-publics.

Organiser ses courses du mois pour moins dépenser

Faire les courses le ventre plein, regarder le prix au kilo, privilégier les marques distributeurs… Vous connaissez déjà toutes ces astuces, mais vos fins de mois sont serrées. Et pour cause : s’alimenter coûte cher. Pour respecter un mini-budget, avez-vous pensé à ces quelques bonnes pratiques ?Sommaire du guide

Tirez (tout !) votre budget courses en liquide

Certes, cela peut faire peur quand le budget du mois est limité. Toutefois, c’est le meilleur moyen de ne pas être dans le rouge : il peut arriver de faire de petites courses d’appoint, or, en payant par carte, on se rend moins compte du surcoût que cela représente.

Que vous ayez un budget courses de 200 € ou moins, appliquez la méthode des enveloppes et tirez tout en liquide. Vous pouvez ensuite diviser la somme en plusieurs enveloppes pour vous allouer un budget par semaine.

Vous êtes à sec avant la fin du mois ? Référez-vous à l’astuce n°5

Installez les applis bons plans (oui, ça marche !)

Elles sont gratuites et elles peuvent réellement vous faire économiser. Le tout est de savoir bien les utiliser : c’est au moment de faire votre liste de courses qu’elles vont vraiment vous être utiles ! Parmi les meilleures applis bons plans, on compte notamment :

Mon avis le rend gratuit

Cette application vous permet de tester des produits gratuitement. En échange, vous devez simplement donner votre avis. Il vous suffit de télécharger l’application, de choisir les coupons des produits-tests qui vous intéressent, et de vous rendre dans un magasin Carrefour. Une excellente façon de vous offrir des petits extras, ou d’économiser sur des produits de votre liste de courses !

Shopmium

Téléchargez l’application et regardez les produits qui bénéficient d’une promotion. Il ne vous reste qu’à les reporter sur votre liste de courses s’ils vous intéressent, et, une fois l’achat effectué, de prendre votre ticket de caisse en photo avec l’application : le remboursement est garanti sous 48 heures.

iGraal Market

Cette application vous permet de bénéficier de cashback sur vos achats au supermarché. Vous pouvez gagner de l’argent sur une sélection de produits. Le processus est le même que pour Shopmium : photographiez la ligne du ticket de caisse où figure le produit, puis attendez le remboursement.

Too Good To Go

Un bon plan pour trouver des paniers alimentaires à tout petit prix : invendus, produits frais à date de péremption courte… De nombreux partenaires (boulangeries, restaurants, supermarchés) vous permettent de bien manger tout en faisant un geste antigaspi.

Astuce Radins
Attention à certaines promos faussement avantageuses. Comparez toujours avec les marques distributeurs pour évaluer le prix au kilo. Parfois, on trouve de vrais bons plans cashback sur des produits de marque. Parfois, même avec la remise, le coût reste plus important qu’une marque de distributeur premium. 

Automatisez vos menus pour ne plus (trop) y penser

Que manger ce midi, ce soir, demain ? Cette petite question devient vite lancinante et, faute d’inspiration, on peut être tenté de se rabattre sur les repas livrés… et faire exploser son budget. Simplifiez-vous la vie avec une base de données de menus dans laquelle vous n’aurez qu’à piocher selon vous envies ! Il existe plusieurs méthodes.

Le générateur de menus

Prenez une grande feuille et divisez-la en 5 colonnes : Protéines, Glucides (ou Féculents), Lipides, Légumes, Assaisonnement. Dans chaque catégorie, inscrivez les aliments et les sauces que vous aimez manger / que vous avez prévu d’acheter ce mois-ci. Quand vous êtes en panne d’inspiration, composez un plat complet en choisissant un élément dans chaque colonne.

Le tableau des menus

Cette méthode peut être associée à la précédente pour gagner du temps. Sur le support de votre choix (tableau mural, bloc-note, smartphone), faites la liste de vos menus best-sellers, ceux que vous aimez manger, qui sont faciles à faire et qui ont un bon apport nutritif. Vous n’aurez plus qu’à y piocher quand vous chercherez des idées.

Jow

Cette application génère des menus sur commande : indiquez le nombre de repas que vous souhaitez faire, l’équipement électroménager à votre disposition, vos restrictions alimentaires, et laissez l’application vous dérouler vos menus ! En bonus, l’appli vous fournit une liste de courses afin d’être sûr d’avoir tous les ingrédients sous la main.

Astuce Radins

Pour respecter un petit budget, faites aussi attention à la composition de vos menus en écartant certains produits chers au supermarché. 

Faites les courses d’épicerie en 1 fois

Les courses alimentaires.. Une activité chronophage et, il faut l’admettre, rarement plaisante. Si vous cherchez à optimiser votre temps et vos dépenses, faites une liste de courses spéciale épicerie. Elle regroupe idéalement :

  • Les produits secs (légumineuses, féculents type pâte, riz, semoule, lentilles…)
  • Les sauces (sauce tomate, pesto, mayonnaise, soja…)
  • Les condiments
  • Les conserves
  • Les tartinables sucrés et salés
  • Les produits laitiers conditionnés (crème fraîche, lait…)

L’avantage de cette technique ? Vous n’aurez plus qu’à acheter le frais (légumes, fromages, desserts…) à la semaine. Et par conséquent, vous disperserez moins vos dépenses et votre temps.

Les produits d’épicerie durent longtemps, mais pèsent leur poids : si vous n’avez pas de voiture, pensez au courses en drive !

conseil astuce
Pour diminuer votre fréquence de courses sur le frais, pensez à acheter des fruits et des légumes « de garde » qui peuvent durer une, deux semaines ou même plus : pommes de terres, courgettes, courges, pommes, bananes…

Faites (régulièrement) l’inventaire

La fin du mois approche, et votre enveloppe est presque à sec ? Avant de retourner au supermarché, faites le tour de vos placards. Des classiques pâtes carbonara au dhal de lentilles, en passant par des gratins de légumes de garde ou des quiches… En puisant dans vos stocks d’épicerie, vous avez peut-être de quoi terminer le mois !

Un petit budget alimentaire nécessite un minimum d’organisation pour être respecté. Avec ces 5 astuces, démarrez le mois du bon pied !Actualité précédenteAchat immobilier : 4 astuces pour bien visiterActualité suivanteConduite accompagnée : quelle assurance auto choisir ?Notre astuce pour réduire votre mutuelle